À l’épicerie, amenez vos sacs et votre cerveau!

Faire l’épicerie est une activité hebdomadaire que l’on fait par obligation pour ne pas crever de faim.  Aller acheter ses provisions est une corvée ou un plaisir selon nos expériences et notre rapport avec la cuisine.

En ce qui me concerne c’est mitigé.  Je n’ai pas de problème à faire mon épicerie.  Je ne saute pas de joie à l’idée d’aller au supermarché.  Je suis indifférente.  Mon homme y va aussi souvent que moi.  Je ne suis pas la seule habilité à acheter de la nourriture pour ma famille.

Il reste que je trouve mes visites au marché  de plus en plus déplaisantes.

La fameuse piasse de dépôt pour avoir un panier d’épicerie.  Maxi l’a instauré afin de contrer le vol.  Devinez quoi?  Je paye tout Interac, je n’ai donc jamais de pièce de un dollar sur moi.  On a acheté un jeton que l’on a attaché à un set de clés.  Devinez quoi encore?  J’ai déjà oublié de retirer le jeton, je suis donc revenue à la maison avec mon épicerie, mais sans clés pour entrer chez moi.  Bravo championne!

Le dispositif n’a rien de dissuasif, puisque j’ai vu plus d’un panier vandalisé et bien loin du supermarché.

 

Ils se sont passés le mot!  Les épiciers changent des articles de rayon.  Par exemple, le lait concentré sucré et le lait évaporé ne sont plus dans la rangée des produits pour faire des gâteaux.  Non, on les trouve dans la rangée du café et des céréales à déjeuners.  À la place, on y a mis la chapelure de pain.  La comprenez-vous?   Parce que moi pas.  Pour bien faire, il n’y a rien pour indiquer le nouvel emplacement de l’article.

C’est sans compter les fois où je voulais acheter du bœuf haché et il n’y en avait pas!  Une épicerie sans bœuf haché!!!

Il arrive souvent que des rayons soient vides.  Plus de yogourt.  Plus de babeurre.  Qui achète ça du babeurre?  Pas de fèves germées pendant des semaines.  Une chose qui fait suer, c’est le manque de constance dans la tenue de la marchandise.  On trouve une marque d’essuie-tout, pour ne plus jamais en revoir.  Jamais.  Je pourrais dresser une liste pratiquement sans fin.

IGA a son site Internet.  On trouve un article en ligne, mais pas en succursale.  Qui fait son épicerie en ligne?  On nous dit ne pas avoir la place pour avoir tous  ses produits sur le plancher.  Alors, tous ces produits offerts en ligne, vous les mettez où?

Autre irritant majeur les clients qui oublient leur cerveau à la maison.  Faut pas juste amener ses sacs réutilisables, mais son cerveau aussi.

Faire ses provisions ce n’est pas faire la sieste.  Y en a qui dorment au gaz comme ce n’est pas possible.  Ils ne savent pas quoi acheter, ni où ils vont.  Petit truc pour vous; il y a des sites comme SOS Cuisine où des gens travaillent semaines après semaines à concocter des menus et des listes d’épicerie selon vos goûts et votre budget.  Donc, faites votre liste d’épicerie!  Ça vous évitera d’avoir l’air d’avoir subi une lobotomie.

Le panier au milieu de l’allée.  Vous avez bien le droit d’admirer l’étalage de cannes de soupes.  Par contre, votre panier laissé au milieu de l’allée, lui dérange!  Est-ce si difficile de le ranger le long de l’étalage?  Est-ce que ça vous donnera la migraine d’y penser?  Est-ce que ça vous cassera un poignet de l’y ranger?  Bonne nouvelle, non aux deux questions!  Preuves scientifiques à l’appui.

Que dire du brin de jasette en plein milieu du chemin, préférablement pendant les heures de plus grandes affluence?   Vous voulez vous raconter vos vies, pas de problème, mais ôtez-vous donc du milieu de la place!   Figurez-vous donc qu’il y en autour de vous qui ont une épicerie à faire!

Les enfants…  Bon, que l’on amène nos enfants à l’épicerie est une chose tout à fait banale.  Ce qui l’est moins ce sont les enfants laissés sans surveillance qui courent partout comme s’ils jouaient dans une cour d’école ou dans la ruelle derrière chez eux.  Est-ce si difficile de garder ses enfants près de soi et de les surveiller?  Ben oui, je sais, vous, vos enfants sont bien élevés et vous les avez toujours à l’œil et ne courent jamais.  Ouais, ouais.

Depuis un bon moment maintenant nous avons le choix entre payer nos achats à la caisse avec caissière ou au libre-service.  Attendre indéfiniment met ma patience à très rude épreuve.  Souvent, la caissière est plus efficace que cette satanée machine.

Un bémol, le client qui scanne ses articles tout en jasant au téléphone ou en envoyant des textos.  Peut-on mettre une chose au clair?  Qu’est-ce qu’on fait à la caisse?  Oui, on paye notre épicerie.  Donc, ce n’est pas le moment, ni l’endroit pour s’accrocher à son téléphone pour poster des niaiseries sur Fessebouk, ou envoyer des textos ou appeler sa chum.  Parce que voyez-vous, il y en a qui attendent et qui n’ont pas que ça à faire attendre que votre cerveau vous focusse sur votre épicerie.

Oh!   Je sais, personne n’est comme ça, personne ne fait toute ses choses débiles que j’ai décrite plus haut.  J’hallucine.  Personne ne se reconnaît dans ce que je décris.

Comprenez-moi bien, je ne dis pas que nous devons aller faire l’épicerie comme des automates, mais je pense qu’il a trop de monde qui laisse son cerveau à la maison avec leurs sacs réutilisables.  Franchement, des fois je me dis qu’il y a des claques qui se perdent.  Je déplore ce manque de savoir-vivre généralisé.  Vraiment.

La prochaine fois, quand vous vous rendrez chez votre épicier, vous observerez ce que vous faites et ce que font les autres autour de vous et vous penserez à moi.  Vous verrez que je ne grogne pas pour rien.  Vous verrez que j’avais raison.

Bonne épicerie!

Marmaille 😉