GMOs Revealed: ces poisons que nous mangeons (2)


Dans GMOs Revealed: ces poisons que nous mangeons (1) je vous dressais une liste des différents experts interviewés. Plusieurs d’entre eux ont parlé de la corrélation entre l’absorption de glyphosate et l’augmentation en force de maladies telles l’autisme, le diabète, le trouble de déficit de l’attention, le cancer du rein, etc… C’est franchement préoccupant.

Le Bt
Quand on parle d’organismes génétiquement modifiés, dans ce cas-ci des fruits, des légumes et du saumon, nous parlons de gênes qui ont été modifiés en laboratoire. Partout dans le monde on trouve des cultures à perte de vue de blé, de canola, de maïs, de soya et de coton.
Le maïs Bt par exemple ne figure pas dans la liste des aliments, mais des insecticides.

On modifie l’ADN du maïs en le bombardant (pour imager un peu le procéder)  avec de l’ADN de bactérie naturellement résistante au glyphosate.  Puis on ajoute de l’ADN de E. Coli et pour finir une bactérie qui cause des tumeurs en brisant les parois des cellules des autres plantes (mauvais herbes).  Après toutes ces manipulations, nous avons le fameux maïs Bt.
Le maïs Bt contient une dose concentrée d’insecticides 12 fois supérieur à la plante qui n’en est qu’aspergée.
L’insecte qui aura la mauvaise idée de penser que cet épi de maïs Bt est un buffet à volonté le paiera de sa vie. Son estomac se verra percé de trous et il explosera.
En 2013, 95% du maïs cultivé appartenait aux corporations.   De ce nombre 90% était OGM, on doit s’inquiéter!

Quant au coton Bt qui a coûté la vie de milliers de cultivateurs en Inde, l’histoire est non seulement triste, mais tragique. Monsanto avait promis des profits faramineux à ces cultivateurs. Monsanto leur a vendu les semences à prix d’or. Mal leur en pris! Les semences Monsanto n’aiment pas la pluie. Des récoltes entières ont été détruites à cause d’elle.
Le coton Bt, est un coton de piètre qualité. Les fibres sont trop courtes pour être filées et tissées. Personne ne voulait l’acheter. C’est à ce moment que nous avons vu apparaître le coton biologique dans les magasins de tissu. C’était un gage de qualité.
Malheureusement, les pauvres paysans qui avaient cultivé le coton Bt se retrouvaient avec des dettes qu’ils étaient incapables de rembourser. Les vagues de suicides ont commencées. Une vraie hécatombe!
Comme vous vous en doutez, Monsanto s’en est lavé les mains.

Le canola…  On en parle peu.  Mais y avez-vous pensé? L’huile de canola dite aussi bonne pour la santé que l’huile d’olive. C’est un ingrédient dont on se sert tous les jours.   Regardez votre bouteille d’huile de canola. Elle a l’air pourtant bien innocente, non?  Pourtant c’est fort probablement du canola OGM et vous ne vous en doutiez pas.

La pomme qui ne brunit pas
Depuis quelques années on trouve sur le marché, du moins aux États-Unis la Arctic apple. La pomme Arctic ne brunit pas quand on la coupe. La chair ne s’oxyde pas au contact de l’oxygène. Vous pouvez la voir ici. Pour déjouer la nature, on a bidouillé dans l’ARN de la pomme en « désactivant » l’enzyme responsable de l’oxydation de la chaire. Même genre de taponnage pour la patate Innate. D’après leur site leur patate ferait moins de marque noire dans la chaire et ne germerait pas, entre autre promesse.

L’ananas rose de Del Monte

En décembre 2016, Del Monte a eu l’autorisation de commercialiser son ananas rose. Ananas génétiquement modifié biensûr! Pour lui donner cette nouvelle couleur on a modifié les enzymes qui lui donnent sa teinte jaune; la beta carotène au profit du lycopène qui le colorera en rose. Est-ce qu’on avait vraiment besoin de ça? Pourquoi de l’ananas rose?

Un verre de lait c’est bien mais plus c’est mieux!
Au Canada, il est strictement interdit d’administrer des hormones de croissances aux vaches laitières.
Mais jouer à déjouer la nature, surtout inutilement, n’est pas sans conséquence. Ces vaches font plus de mammites, leur taux de fécondité est réduit, de la boiterie a été observée en plus de raccourcir leur espérance de vie.
Chez l’humain, les rBST peuvent causer une suractivation du système immunitaire, des cancers du sein, du rectum et de la prostate, du diabète et une augmentation de naissances de jumeaux.

Le Frankensaumon

Difficile de passer sous silence le saumon génétiquement modifié de AquaBounty. Il a été approuvé avec grands bruits et fracas autant ici au Canada qu’aux États-Unis. Et pour cause! On ne s’est pas amusé à croiser des races poissons, mais on a plutôt redessiner un poisson pour le faire grandir et grossir plus vite. Parce qu’encore une fois on ne laisse pas la nature faire son travail au nom « d’une pêche durable ». Alors qu’on produit déjà, depuis longtemps, du saumon d’élevage.
Des gênes de saumon quinnat on été injectés dans des œufs fertilisés de saumon de l’Atlantique. La protéine antigel de la lotte d’Amérique a été ajouté à cette soupe de gênes pour donner ce saumon OGM.
D’ici quelques générations de ces poissons, ils verront apparaître des problèmes qu’ils n’avaient ni vus ni prévus. Ces conséquences d’un bidouillage génétique se verront chez nous sûrement bien plus vite que nous ne le pensons.
Malheureusement pour nous aucun moyen de savoir quel saumon nous achetons à l’épicerie puisqu’il n’y aucune loi sur l’étiquetage des OGM au Canada.

Le riz doré

Une invention tout aussi inutile que tous les autres OGM. Ces inventeurs ont prétendu que l’idée du riz doré était pour combler la carence en vitamine A dont sont atteints beaucoup de gens des pays du tiers-monde. L’idée semble noble de prime à bord. Le projet a coûté des millions de dollars, mais ça n’a jamais tenu la route. Les problèmes avec le riz doré c’est qu’on s’est aperçu que sa concentration en beta-carotène diminue rapidement après sa récolte. Il encourage la monoculture, ce qui n’a jamais été une bonne idée. Et! Il faut manger 34 bols de ce riz pour avoir son apport quotidien en vitamine A. Une vraie farce! Toni Bark en débatait avec Robert Saik le pro-OGM. Pour lui, le riz doré c’est l’avenir et bien évidemment la réponse à un besoin. Toni Bark quant à elle prêchait pour une solution beaucoup plus viable, moins chère et plus logique; la biodiversité des cultures. Apprendre à ces gens à cultiver plusieurs variétés de légumes qui eux sont beaucoup plus concentrés en beta-carotène et aussi beaucoup plus stables.

Malheureusement pour nous, tous ces aliments ont été balancés sur le marché sans aucune étude sur leurs conséquences sur l’être humain. Toutes les instances gouvernementales à la solde des corpos donnent leur aval sans poser de question sur les risques. Jouer dans l’ADN et l’ARN a obligatoirement des conséquences. Qu’elles sont-elles? Nous ne le savons pas. Les tests, les expériences se font sur nous. Nous sommes les rats de laboratoire de Monsanto, Syngenta, Bayer, AquaBounty et cie.
Les aliments OGM ne sont pas étiquetés, malgré que nous le demandions. La FDA aux États-Unis, ici Santé-Canada s’y refusent obstinément. Monsanto a trouvé la raison parfaite: ce sont des aliments pas des médicaments. Le Maïs Bt est un insecticide, il n’apparaît pas dans la liste des aliments génétiquement modifiés. Ces corpos savent que nous ne voulons pas volontairement manger leurs fruits et légumes mutants. Mais ils feront tout pour nous les faire avaler!

À bientôt pour la troisième partie!
Marmaille 😉

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Je ne mange plus de viande. Je suis végétarienne.

Toute ma vie on m’a dit de manger ma viande. Parce que la viande c’était bon pour moi. Oui, j’aimais la viande. J’aime encore ça. Osso bucco, bœuf bourguignon, des côtes levées, un steak, un coq au vin… Des plats délicieux et réconfortants.

Mais en vieillissant mon appétit pour la viande s’amenuise. Alors que pour mes deux meat lovers un souper doit se composer de viande…  de beaucoup de viande.  Or une portion adéquate équivaut à la grandeur de la paume de notre main.

Ce documentaire à la fois drôle et choquant révèle les impacts absolument dévastateurs sur la planète de l’élevage industriel des animaux de ferme pour l’alimentation

Comme beaucoup d’entre vous, j’ai vu Cowspiracy sur Netflix. Le documentaire m’avait vraiment interpellé, mais pas totalement convaincu. On y parlait entre autre de la consommation du lait de vache qui serait néfaste pour les humains, de la consommation de viande et de ses conséquences sur l’environnement.

Le film sur la santé que les organisations de santé ne veulent pas que vous voyez

La semaine dernière j’ai regardé What the health sur Netflix. Ce documentaire traite des conséquences nocives de la consommation de viande sur notre santé; le diabète de type 2, les maladies coronariennes, les maladies auto-immunes et les cancers. Les effets néfastes de la consommation de lait de vache et du fromage chez l’humain. La collusion entre les associations de promotion de la santé; comme celle pour le diabète et le cancer du sein et des producteurs de viandes, d’œufs et de produits laitiers. Ces mêmes associations qui recommandent à leur public cible de consommer ces produits qui en fait causent ces maladies et les aggravent.
On démolit le mythe des viandes blanches qu’on prétendait plus saines pour la santé.  Idem pour les poissons.

L’argument qui m’a à la fois dégoûté et convaincu a été d’apprendre que souvent le lait de vache est contaminé par du pus. 88% de la viande de porc est souillée par des excréments.  J’ai eu envie de vomir!

Biensur, What the health fait la promotion du végétarisme. Cette fameuse plant based diet où on tire un trait sur les viandes, produits laitiers et les œufs. Des participants au documentaire ont adoptés cette diète et ont vu leur santé s’améliorer rapidement et drastiquement. Au point de couper de moitié la dose d’insuline, ou de carrément arrêter tous leurs médicaments. Assez spectaculaire en effet.

Mangez de la viande et mourez. Les gens pensent que manger de la viande ne tue que les animaux. En vérité ça vous tue aussi

Après avoir regardé ce documentaire ma décision était prise; finie la viande. Adieu bœuf, porc, poulet et poisson. Je suis maintenant lacto-ovo-végétarienne. La transition d’omnivore à végétalienne me semble un peu trop drastique. Le lait de soya dans mon café matinal ne m’a pas convaincu… malgré le pus.
Je ne suis pas encore prête à dire adieu au fromage, au yogourt et à la crème glacée.
Par contre, la viande ne me manque pas.

Étonnamment, je n’ai pas rencontré de résistance. Bon, sauf de Metal Ado. Mais pour mon homme, 3nager et mon petit chat sauvage ce changement est bienvenu. Je ne compte priver personne de viande, mais j’ai été claire: de prime à bord les repas que je cuisinerai seront végétariens, mais j’accepterai de préparer de la viande si on me le demande. Je ne veux pas devenir une végétarienne castratrice et dictatrice. Je veux qu’on respecte mon choix et je dois respecter le leur.

Végétarien contre Mangeur de viande

Mes premiers constats sont les suivants: la facture d’épicerie est moins importante. Je ne me sens plus ballonnée. L’eczéma sur mes mains semble sur la voie de la guérison. On a mangé une plus grande variété d’aliments. On a essayé de nouvelles recettes.  C’est déjà un bon départ.

Il ne faut pas se leurrer, on peut mal manger même si on est végétarien.  Au même titre qu’un omnivore.  Il existe plein de sites et de groupes de support pour les néophytes où on peut trouver beaucoup d’infos.  Par exemple le site européen Happy Veggie. Il faut faire nos devoirs et lire.  Où et comment trouver la vitamine B12, le fer, la vitamine D et le calcium? Ils sont essentiels à notre santé.  Trouver des recettes est très facile.  On est pas limité aux salades et aux pois chiches.  Visitez SOS cuisine pour trouver de belles recettes appétissantes et équilibrées. C’est un monde nouveau qui s’ouvre à nous.  On se doit de le découvrir.

Je sais que pour les meat lover des documentaires comme Cowspiracy et What the health peuvent avoir l’air d’être des objets de propagandes.  Mais, les données sont là.  Les faits sont avérés. Je ne voyais plus de raison pour continuer à manger de la viande. À mes yeux les preuves sont faites. J’étais prête à sauter le pas.

Je ne trouve pas la transition difficile. Je sais que je devrai parfois expliquer ma décision. Ça ne me dérange pas. Je sais qu’il m’arrivera d’avoir des commentaires malveillants, mais je sais me défendre. Je suis convaincue d’avoir pris la bonne décision pour moi. C’est ce qui compte.

À bientôt!
Marmaille 😉 🥑

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer