GMOs Revealed: ces poisons que nous mangeons (2)


Dans GMOs Revealed: ces poisons que nous mangeons (1) je vous dressais une liste des différents experts interviewés. Plusieurs d’entre eux ont parlé de la corrélation entre l’absorption de glyphosate et l’augmentation en force de maladies telles l’autisme, le diabète, le trouble de déficit de l’attention, le cancer du rein, etc… C’est franchement préoccupant.

Le Bt
Quand on parle d’organismes génétiquement modifiés, dans ce cas-ci des fruits, des légumes et du saumon, nous parlons de gênes qui ont été modifiés en laboratoire. Partout dans le monde on trouve des cultures à perte de vue de blé, de canola, de maïs, de soya et de coton.
Le maïs Bt par exemple ne figure pas dans la liste des aliments, mais des insecticides.

On modifie l’ADN du maïs en le bombardant (pour imager un peu le procéder)  avec de l’ADN de bactérie naturellement résistante au glyphosate.  Puis on ajoute de l’ADN de E. Coli et pour finir une bactérie qui cause des tumeurs en brisant les parois des cellules des autres plantes (mauvais herbes).  Après toutes ces manipulations, nous avons le fameux maïs Bt.
Le maïs Bt contient une dose concentrée d’insecticides 12 fois supérieur à la plante qui n’en est qu’aspergée.
L’insecte qui aura la mauvaise idée de penser que cet épi de maïs Bt est un buffet à volonté le paiera de sa vie. Son estomac se verra percé de trous et il explosera.
En 2013, 95% du maïs cultivé appartenait aux corporations.   De ce nombre 90% était OGM, on doit s’inquiéter!

Quant au coton Bt qui a coûté la vie de milliers de cultivateurs en Inde, l’histoire est non seulement triste, mais tragique. Monsanto avait promis des profits faramineux à ces cultivateurs. Monsanto leur a vendu les semences à prix d’or. Mal leur en pris! Les semences Monsanto n’aiment pas la pluie. Des récoltes entières ont été détruites à cause d’elle.
Le coton Bt, est un coton de piètre qualité. Les fibres sont trop courtes pour être filées et tissées. Personne ne voulait l’acheter. C’est à ce moment que nous avons vu apparaître le coton biologique dans les magasins de tissu. C’était un gage de qualité.
Malheureusement, les pauvres paysans qui avaient cultivé le coton Bt se retrouvaient avec des dettes qu’ils étaient incapables de rembourser. Les vagues de suicides ont commencées. Une vraie hécatombe!
Comme vous vous en doutez, Monsanto s’en est lavé les mains.

Le canola…  On en parle peu.  Mais y avez-vous pensé? L’huile de canola dite aussi bonne pour la santé que l’huile d’olive. C’est un ingrédient dont on se sert tous les jours.   Regardez votre bouteille d’huile de canola. Elle a l’air pourtant bien innocente, non?  Pourtant c’est fort probablement du canola OGM et vous ne vous en doutiez pas.

La pomme qui ne brunit pas
Depuis quelques années on trouve sur le marché, du moins aux États-Unis la Arctic apple. La pomme Arctic ne brunit pas quand on la coupe. La chair ne s’oxyde pas au contact de l’oxygène. Vous pouvez la voir ici. Pour déjouer la nature, on a bidouillé dans l’ARN de la pomme en « désactivant » l’enzyme responsable de l’oxydation de la chaire. Même genre de taponnage pour la patate Innate. D’après leur site leur patate ferait moins de marque noire dans la chaire et ne germerait pas, entre autre promesse.

L’ananas rose de Del Monte

En décembre 2016, Del Monte a eu l’autorisation de commercialiser son ananas rose. Ananas génétiquement modifié biensûr! Pour lui donner cette nouvelle couleur on a modifié les enzymes qui lui donnent sa teinte jaune; la beta carotène au profit du lycopène qui le colorera en rose. Est-ce qu’on avait vraiment besoin de ça? Pourquoi de l’ananas rose?

Un verre de lait c’est bien mais plus c’est mieux!
Au Canada, il est strictement interdit d’administrer des hormones de croissances aux vaches laitières.
Mais jouer à déjouer la nature, surtout inutilement, n’est pas sans conséquence. Ces vaches font plus de mammites, leur taux de fécondité est réduit, de la boiterie a été observée en plus de raccourcir leur espérance de vie.
Chez l’humain, les rBST peuvent causer une suractivation du système immunitaire, des cancers du sein, du rectum et de la prostate, du diabète et une augmentation de naissances de jumeaux.

Le Frankensaumon

Difficile de passer sous silence le saumon génétiquement modifié de AquaBounty. Il a été approuvé avec grands bruits et fracas autant ici au Canada qu’aux États-Unis. Et pour cause! On ne s’est pas amusé à croiser des races poissons, mais on a plutôt redessiner un poisson pour le faire grandir et grossir plus vite. Parce qu’encore une fois on ne laisse pas la nature faire son travail au nom « d’une pêche durable ». Alors qu’on produit déjà, depuis longtemps, du saumon d’élevage.
Des gênes de saumon quinnat on été injectés dans des œufs fertilisés de saumon de l’Atlantique. La protéine antigel de la lotte d’Amérique a été ajouté à cette soupe de gênes pour donner ce saumon OGM.
D’ici quelques générations de ces poissons, ils verront apparaître des problèmes qu’ils n’avaient ni vus ni prévus. Ces conséquences d’un bidouillage génétique se verront chez nous sûrement bien plus vite que nous ne le pensons.
Malheureusement pour nous aucun moyen de savoir quel saumon nous achetons à l’épicerie puisqu’il n’y aucune loi sur l’étiquetage des OGM au Canada.

Le riz doré

Une invention tout aussi inutile que tous les autres OGM. Ces inventeurs ont prétendu que l’idée du riz doré était pour combler la carence en vitamine A dont sont atteints beaucoup de gens des pays du tiers-monde. L’idée semble noble de prime à bord. Le projet a coûté des millions de dollars, mais ça n’a jamais tenu la route. Les problèmes avec le riz doré c’est qu’on s’est aperçu que sa concentration en beta-carotène diminue rapidement après sa récolte. Il encourage la monoculture, ce qui n’a jamais été une bonne idée. Et! Il faut manger 34 bols de ce riz pour avoir son apport quotidien en vitamine A. Une vraie farce! Toni Bark en débatait avec Robert Saik le pro-OGM. Pour lui, le riz doré c’est l’avenir et bien évidemment la réponse à un besoin. Toni Bark quant à elle prêchait pour une solution beaucoup plus viable, moins chère et plus logique; la biodiversité des cultures. Apprendre à ces gens à cultiver plusieurs variétés de légumes qui eux sont beaucoup plus concentrés en beta-carotène et aussi beaucoup plus stables.

Malheureusement pour nous, tous ces aliments ont été balancés sur le marché sans aucune étude sur leurs conséquences sur l’être humain. Toutes les instances gouvernementales à la solde des corpos donnent leur aval sans poser de question sur les risques. Jouer dans l’ADN et l’ARN a obligatoirement des conséquences. Qu’elles sont-elles? Nous ne le savons pas. Les tests, les expériences se font sur nous. Nous sommes les rats de laboratoire de Monsanto, Syngenta, Bayer, AquaBounty et cie.
Les aliments OGM ne sont pas étiquetés, malgré que nous le demandions. La FDA aux États-Unis, ici Santé-Canada s’y refusent obstinément. Monsanto a trouvé la raison parfaite: ce sont des aliments pas des médicaments. Le Maïs Bt est un insecticide, il n’apparaît pas dans la liste des aliments génétiquement modifiés. Ces corpos savent que nous ne voulons pas volontairement manger leurs fruits et légumes mutants. Mais ils feront tout pour nous les faire avaler!

À bientôt pour la troisième partie!
Marmaille 😉

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Dans le monde des laveuses frontales, achetez vous une Speed Queen

Rien à faire, je détestais notre ancienne laveuse.  Une Samsung frontale, très jolie, mais loin d’être efficace. Ah! Au début, je la trouvais très belle. Si silencieuse! Tous ces boutons, toutes ces lumières! Mais dès la première utilisation j’ai été surprise par la longueur des cycles de lavages.

Les années ont passées. Je la détestais de plus en plus. Les cycles qui n’en finissaient plus de finir. La qualité douteuse du lavage. Les vêtements abîmés. Rien à faire, je voulais me débarrasser de cette machine. Comment une machine qui consomme si peu d’eau peut-elle bien laver mes vêtements? Des cycles aussi longs; entre 45 minutes et une heure et quart peuvent-ils vraiment être éco-énergétique? Franchement, j’en doute.

Un jour, j’en ai eu ma claque! J’avais essayé différentes marques de détergents à lessive, même une formule maison.  Mes vêtements ne me semblaient pas bien lavés. Je ne compte plus les vêtements qui sont restés tachés, malgré les prétraitements. Attendre indéfiniment que madame finisse son cycle m’était devenu insupportable. Ses jours étaient comptés.

Décidée à me débarrasser de cette laveuse, je me suis mis à chercher par quelle autre machine réellement efficace je pourrais la remplacer.  À l’époque, on pouvait voir les commentaires des abonnés sur le site de Protégez-vous. Protégez-vous avait testé des laveuses. N’étant pas une abonnée, je ne pouvais pas voir les résultats du banc d’essai. Mais les commentaires des abonnés ont été très instructifs.

Huebsch. Ce nom revenait parmi les commentateurs. Une bonne vieille laveuse à chargement par le dessus. Pas éco-énergétique. Pas d’électronique. Des cadrans à boutons. Un agitateur dans la cuve. Elle utilise de l’eau! Beaucoup d’eau pour bien laver la lessive! Durable, sa conception est solide, sans pièce de plastique. Elle est fait pour durer 25 ans.
Les propriétaires de ces machines étaient très satisfaits de leur acquisition et la recommandaient chaudement… Même si elle ne faisait pas parti des machines testées par Protégez-vous.
Une petite visite sur le site de Huebsch m’a convaincu. C’était elle la machine qu’il nous fallait.

Mais j’ai du attendre un an. Parce que ces bonnes laveuses coûtent chères à l’achat. Le jour dit, quand mon rêve devenait enfin réalité, on est entré au magasin, je suis allée me planter devant la laveuse en démo et j’ai dit au vendeur que j’allais acheter cette machine à laver pour faire mon bonheur de petite ménagère.

En fait, ce n’est pas une Huebsch, mais une Speed Queen commerciale heavy duty.
Les laveuses Speed Queen, (ici la AWN432SP113CW04) ont gagné le Women’s Choice Awards America’s Most Recommended Luxury Washer & Dryer de 2014 à 2017. Les laveuses Speed Queen sont fabriquées par Alliance Laundry Systems, à Ripon au Wisconsin, aux États-Unis. Ils sont également les fabricants des laveuses Huebsch.

C’est avec une satisfaction évidente que j’ai regardé les livreurs ramasser la Samsung.  Bye!  Bye!

Je n’ai jamais autant eu hâte de faire la lessive. Ma laveuse Speed Queen utilise plus d’eau que l’ancienne que nous avions. Les cycles de lavage sont plus courts. Une brassée au cycle normal écolo prend 28 minutes. La Speed Queen est plus bruyante, mais puisqu’elle loge dans le garage je m’en moque. On a du hausser le tuyau du drain de la maison, parce que la pression du drain de la laveuse est vraiment puissant. Ça en valait la peine. Les vêtements sont propres. Le blanc est plus blanc. Les saletés sont éliminées pour vrai. La vitesse d’essorage est de 710 trs/min. C’est moins rapide que les machines frontales qui tournent à des vitesses entre 800 et 1600 trs/min. La lessive est plus humide, mais ce n’est pas un point négatif à mon avis. Petit détail, mais il est très important, on doit utiliser du détergent HE.

Les laveuses Speed Queen sont faites pour durer. Le fabricant estime sa durée de vie à 25 ans à raison de huit brassées par semaine. C’est 10 400 brassées! Les garanties qui couvrent ces appareils sont les meilleures sur le marché.
Malheureusement, dès 2018, Alliance Laundry Systems devra se conformer aux normes EPA: Environmental Protection Agency (USA). Elle devrait passer de 26 gallons d’eau pour une diminution qui devrait avoisiner les 8.4 gallons d’eau par brassée selon le tableau tableau du eeCompass your guide to appliance energy efficiency. Est-ce que les Speed Queen seront aussi performantes? Seul l’avenir le dira.

Finalement, même si j’apprécie que mes appareils consomment moins d’énergie, je ne suis pas prête à sacrifier la qualité d’une bonne lessive. Je comprends les enjeux climatiques. Mais il arrive qu’à vouloir rendre nos électroménagers peu énergivores on les rende inefficace. Malheureusement nos électroménagers d’aujourd’hui sont beaucoup moins durables qu’avant. L’électronique n’aime ni les vibrations, ni l’humidité. La qualité a été sacrifié en remplaçant le métal par le plastique, qui est lui un dérivé de pétrole. Quand on paie entre 800 et 1000$ pour une laveuse on s’attend à ce qu’elle performe bien et qu’elle dure. C’est rarement le cas.

Je suis très satisfaite de mon achat. J’ai l’infime conviction d’avoir fait un bon choix. J’aurais aimé connaître cette marque d’appareil beaucoup plus tôt. Faire la lessive n’est plus une corvée interminable et frustrante. Bien au contraire!

Où se procurer les laveuses Speed Queen (et Huebsch)?
Tanguay
Almar Appliances
Corbeil Électroménagers

Bonne lessive!
Marmaille 😉

***NDLR***
La rédaction n’a reçue aucune compensation de quelque nature que ce soit de la part de Alliance Laundry Systems, ni d’aucun détaillant. Marmaille et talons hauts a payé l’appareil et n’exprime que son avis de consommatrice sur le produit.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Ne touchez pas à mon utérus!


La cause des femmes recule aux États-Unis. Ce sera aussi le cas ailleurs dans le monde; là où vivent les femmes les plus pauvres et les plus vulnérables sur la planète.  En effet, Donald Trump interdit le financement par des fonds fédéraux d’ONG internationales qui soutiennent l’avortement.

Je ne suis pas une féministe enragée. Par contre, je ne supporte pas que des hommes se donnent le droit de décider de ce que nous les femmes faisons de notre utérus. La contraception est traditionnellement une affaire de femme. Les hommes qui ne veulent pas d’enfant se contentent souvent que de s’assurer que leur compagne a bien pris sa pilule. Ou si la femme ne prend pas la pilule pour x,y,z raison, l’homme pratiquera la méthode très inefficace du coït interrompu. Si par malchance madame devient enceinte et que monsieur ne veut pas de cet enfant, il aura l’effronterie d’exiger que celle-ci se fasse avorter. Parce que forcément si elle est enceinte c’est sa faute!

D’un côté, une femme devrait se faire avorter à la demande express de son compagnon, de l’autre on devrait fermer notre gueule, porter et mettre au monde un enfant dont on ne veut pas.

Aux p’tits cons et aux niaiseuses qui clament haut et fort que si une femme tombe enceinte c’est sa faute et c’est bien tant pis pour elle, elle n’avait qu’à pas s’écartiller comme une grosse cochonne je vous répondrai ceci: toute femme, comme tout homme a le droit d’avoir une vie sexuelle. Si nous les femmes refusions de faire l’amour avec notre homme sous prétexte qu’on a peur de tomber enceinte qu’est-ce qu’on nous dirait? Que feraient ces hommes frustrés sexuellement face à tant de refus?  C’est fou de constater comment une femme doit être à la fois un modèle irréprochable de bonne conduite et une putain.

Je pense aussi qu’il est temps d’arrêter de culpabiliser les femmes qui avortent devant les autres incapables de concevoir. Avorter est une chose. L’infertilité en est une autre.
Une femme doit pouvoir choisir d’avoir ou non un enfant. Une femme qui n’en veut pas et qui devient enceinte malgré elle, n’a pas à être jugée ou traitée de meurtrière. Parce que franchement ça dépasse les bornes!
Il y a plein d’excellentes raisons de ne pas vouloir d’enfant. Le contexte économique et social en est un. Est-ce vraiment responsable de mettre un enfant au monde quand on sait déjà qu’on aura pas les capacités de lui fournir ce dont il aura besoin? Une vie de couple instable, de la violence, des dépendances. La découverte d’une maladie grave ou d’une malformation congénitale chez le fœtus.  Ou parce qu’une femme ne veut tout simplement pas être une mère. On est pas obligée d’enfanter pour être une vraie femme. L’épanouissement, la réalisation d’une femme ne passe pas obligatoirement par la maternité.

Je me demande aussi ce qui arrivera aux femmes qui deviennent enceinte de leur violeur? Parce que oui, une femme devrait avoir le droit de choisir dans ce contexte. Certaines avortent, tandis que d’autres choisissent de mettre l’enfant au monde et de l’élever. C’est un choix.

Ben oui y a l’adoption. Mais la femme qui avorte ne veut ni être enceinte, ni accoucher. Qu’est-ce qu’il y a de si difficile à comprendre là-dedans? À voir combien il y a d’enfants à adopter partout dans le monde sans trouver de famille, on peut se poser la question sur la pertinence de cet argument.

Ce n’est pas à une poignée d’hommes à décider du droit à l’avortement des femmes. La contraception a de tout temps été une affaire de femmes. Interdire l’avortement aux femmes, veut fort probablement dire plus d’enfants abandonnés. Ça veut aussi dire des avortements clandestins où des femmes perdront la vie. Ça veut dire plus de filles-mères. Ça veut dire plus de mères cheffes de familles monoparentales. Non? Oui! Un homme qui veut pas d’un flo se volatilisera sans aucun remord. Ça veut dire plus d’enfant qui vivront dans la pauvreté.

L’interruption volontaire de grossesse n’est pas un moyen de contraception. Mais c’est une façon de ne pas mettre un enfant au monde malgré ses efforts pour ne pas devenir enceinte. Ces femmes qui prennent cette décision ne le font pas de gaieté de cœur. C’est une épreuve difficile avec laquelle elle doivent composer pour le reste de leur vie.

De tout temps les hommes ont pensé qu’il avaient le droit de nous dire quoi faire de notre corps. On a nous a pris pour des usines, des fabriques à bébés. On préférait sauver un bébé, en faire un orphelin, plutôt que de sauver la mère. Le clergé, mené par des hommes célibataires, supposés chastes dictaient leur conduite aux femmes: procréer à tout prix et autant que possible. Une femme qui n’en pouvait plus, qui allait risquer sa vie, se faisait menacer d’excommunication. Un homme qui ne connaissait rien à la vie de couple, à la vie de famille, aux femmes, nous ordonnait de nous soumettre à notre devoir conjugal sous peine de finir en enfer!

Aujourd’hui, sauf dans certains états, le clergé n’a plus d’ascendance sur nos sociétés. Mais il y a encore des hommes qui veulent décider pour nous de ce que nous pouvons faire de notre ventre. Des hommes qui nous méprisent, qui nous agressent, des hommes qui pensent avoir le droit de disposer de nos corps comme bon leur semblent. On en revient encore là. On veut toujours nous asservir, nous rabaisser, nous traiter comme un animal reproducteur dont le destin est de procréer jusqu’à épuisement.

Je suis une femme. Je suis une mère. Je n’ai jamais subi d’avortement. J’ai eu trois enfants que j’adore. Avoir des enfants est merveilleux, mais ce n’est pas sans conséquence. Je voulais pouvoir choisir combien j’aurais d’enfants et quand je les aurais. Jamais je n’aurais accepté qu’un homme m’oblige à avorter si je ne le voulais pas. Par contre, aucun homme n’aurait pu m’obliger à avoir un enfant dont je ne voulais pas. Jamais.

Je déplore les tactiques agressives de propagande des pro-vie. Leur manque de respect, qu’ils soient hommes ou femmes, qu’ils manifestent envers les pro-choix.  Leurs actes terroristes contre des cliniques d’avortements et leurs personnels. C’est honteux d’être aussi primitif.

Le désir ou non d’enfant pour une femme est personnel. La méthode contraceptive est surtout une affaire de femme, parce qu’il semble que ça n’évolue pas de ce côté chez les hommes. Pour eux, c’est aux femmes d’y voir. Donc, si c’est aux femmes d’y voir, à nous de décider de ce que nous faisons de notre utérus, un point c’est tout. On a plus à en discuter, ni à s’en défendre, ni à en débattre. T’as pas d’utérus, t’as pas ton mot à dire monsieur!

À la prochaine.
Marmaille

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer