Journée de la femme 2017; nous ne sommes pas encore toutes égales

La condition des femmes à travers le monde sera toujours d’actualité. Parce que malgré que nous soyons en 2017, nous ne sommes pas encore entièrement l’égale des hommes… Même si c’est nous qui les mettons au monde.

À travers le temps, les époques, nous avons mené de petites batailles et de grands combats; ne serait-ce que le droit de vote.

Malheureusement, où nous naissons sur le globe aura un impact majeur sur notre vie:
• Se faire marier de force avec un mari choisi par la famille.
• Être victimes de conflits armés majeurs où des femmes deviennent des objets, des     esclaves sexuelles.
• Qu’on interdise l’éducation; imaginez être une femme et ne pas savoir écrire votre nom.
• Pouvoir se faire avorter sans être jugée criminelle et emprisonnée.
• Se faire mutiler, tuer, parce que votre conjoint ou sa famille vous accuse de les avoir déshonorés.
• Le pays où vous vivez ne reconnaît plus les baffes que votre conjoint vous met comme de la violence conjugale.

Au Québec, les femmes ont obtenues le droit de vote le 18 avril 1940.  Au Canada la « pilule » a été homologuée en 1960.  Mais ce n’est qu’en 1969 que les médecins ont pu nous prescrire la pilule dans un but contraceptif. Ce n’est que le 28 janvier 1988 qu’on nous donnait le droit de nous faire avorter sans être des criminelles.

Encore en 2017, ne gagnons moins que nos collègues masculins pour un même travail. Plus de femmes subissent la précarité financière que d’hommes.

La condition de la femme s’est beaucoup améliorée un peu partout sur la planète. Parce que des générations de femmes se sont battues pour qu’on nous reconnaisse, qu’on nous respecte. Je n’ai jamais compris pourquoi depuis le début de l’humanité les hommes ont peur de nous. Je dis peur de nous les femmes, parce que pour tout faire nous museler, nous opprimer, ils devaient avoir peur de quelque chose en nous, non? Pourquoi nous refusaient-ils le pouvoir? L’argent? La contraception? Le marché du travail? Le droit de vote? L’indépendance? L’émancipation? La liberté sexuelle? Le droit de parole? Je ne sais pas. Je ne crois pas qu’on ne trouvera jamais la réponse.

La journée internationale des femmes n’est pas une occasion pour se voiler la face et se faire croire que tout va bien pour nous toutes.  Non.  C’est le moment de mettre carte sur table, de montrer à la face du monde qu’elle est la réalité des femmes autour du globe.

Je pense qu’en tant que femme on doit s’aimer et se respecter.  Faire fi des diktats de la mode, des standards de beauté.  Peu importe qu’on soit grande, petite, mince, grosse, rousse, blonde, ou brune, il faut accepter son corps de femme tel qu’il est.  Peu importe notre poids, notre silhouette, nous sommes toutes de vraies femmes.  Si malgré sa bonne volonté on arrive pas à s’aimer soi-même, il faut prendre le taureau par les cornes et changer les choses.  On aime nous dire que les médias nous bombardent d’images de la femme idéale, mais rien nous empêche de refuser de s’y conformer.  Rien.

Soyons libre de penser et de nous exprimer.  Assumons-le.  Il faut avoir le courage de ses opinions et les défendre.  Se taire, ne nous fait pas avancer.

Vivons notre vie de femme.  On peut décider d’avoir des enfants ou non.  On peut faire des études dans tous les domaines.  On peut faire carrière.

On peut et on doit se défendre de la violence, l’intimidation et la discrimination.  C’est notre responsabilité.

Nous avons porté le monde et l’avons mis au monde.  À nous de nous le réapproprier.

Nous sommes des créatures magnifiques.  Nous sommes belles, intelligentes, inventives.  Nous sommes des mères, des étudiantes, des enseignantes, des scientifiques, des inventrices, des docteures, des activistes, des avocates, des politiciennes.  Nous sommes des femmes.

Marmaille 😉

 

Enregistrer

Enregistrer

Se raser: un soin cher et polluant

Homme ou femme on passe tous et toutes par le fil du rasoir un jour où l’autre.  Les gars, quand ils commencent à avoir assez de poils au menton pour prétendre se faire la barbe, les filles quand à l’adolescence tout poil devient indésirable.

Les femmes s’épilent les sourcils, les aisselles, le bikini et les jambes.

Quant aux hommes les diktats de la mode sont assez paradoxaux.  Pendant des années l’homme sans poil a dominé les standards de beauté.  Depuis quelques temps le beau barbu est virile, sexy. 

Il nous fait baver.  Mais je ne suis pas certaine de comprendre…  Doit-il avoir la face poilue et le corps imberbe? Pour le moment, il semble que ce soit le cas. Du poil dans la face, mais pas sur le corps.

Chez nous, les hommes ont du poil. Pas comme des orangs-outans, mais la nature ne les a pas oublié. Pour moi, un homme ça du poil. Sans poil, c’est un petit garçon. Je prêche pour ma paroisse vous direz avec mon homme velu, mais bon tout est une question de goût. Par contre il n’aura jamais une belle barbe, parce que ça lui va simplement pas.

Comme tout homme, il a fait le tour des rasoirs jetables à deux, trois et cinq lames. Il a aussi déjà payé une fortune pour une version électrique qu’il n’a pas aimé et qui dort dans un fond de garde-robe depuis des années.
À notre première St-Valentin, je lui ai offert une pioche. Oui, le genre de rasoir qu’utilisaient nos grands-pères. Un Merkur 34C tout ce qu’il y a de plus classique.
Il a aimé ce rasoir dès son premier essai. Vous avez tort si vous pensez qu’une seule lame ne peut pas bien raser. Non seulement ce type de lame rase bien, mais elle coupe de plus près et irrite beaucoup moins la peau. De plus la pioche utilise moins d’eau chaude. La forme de la tête « stocke » plus d’eau que votre Gillette Mach 5.
Le rasage est aussi plus rapide. La lame s’use moins vite.

Autre argument de poids les lames pour ce type de rasoirs coûtent beaucoup moins chères à l’achat. Dépendamment de la marque un paquet de 10 lames peut coûter six dollars. Un paquet de 100 lames vaut environ 18, 00$! Combien déboursez-vous pour vos lames de Mach 5? Pour vos lames de rasoir Venus? Beaucoup plus, pour beaucoup moins.

Les cartouches et les rasoirs jetables sont également une source épouvantablement énorme de pollution. Tout ce plastique jeté aux ordures est une aberration. Selon le site consoGlobe la compagnie BIC vendrait 11 millions de rasoirs jetables par jour! Qu’en est-il de Gillette, Schick, Wilkinson? Qu’en est-il des cartouches de rasoirs, combien sont achetées quotidiennement?  J’ai les mêmes réflexions, les mêmes questions au sujet de ces mousses et gels à raser.  Ils sont non seulement mauvais pour notre peau, mais en plus, ils sont hyper polluants.  Ces gaz qui propulsent la mousse et le gel ne sont pas des amis de la planète.

Si on compare, les lames utilisées pour les rasoirs traditionnels sont faites en acier. Elles sont emballées individuellement de papier, puis empaquetées dans une boîte de carton. Pas de plastique, pas de suremballage.  Du côté des savons, pas de gaz propulseurs.  L’emballage parfois en plastique est minimal.  On trouve également des crèmes à raser en tube.  C’est une question de préférence.  Savons et crèmes à raser sont plus économiques à l’utilisation.  La quantité utilisée lors du rasage est moindre.  C’est sans parler qu’un savon à raser dans un beau bol en bois, avec un parfum exotique s’offre aussi très bien en cadeau à un homme.

Quand Metal Ado a eu assez de poils au menton pour commencer à se raser je n’ai pas hésité une seconde à lui procurer une pioche.  Je ne voulais pas le voir se mettre un rasoir cheap sur le visage.  C’est une étape.  Le premier rasage est un rite de passage pour nos ados.  Je voulais marquer le coup.
On a fait ça en grand! Je lui ai offert un rasoir Edwin Jagger, un blaireau et un savon à barbe. Père et fils se sont enfermés dans la salle de bain. Il a appris à faire mousser son savon, à manipuler son rasoir. Deux ans plus tard, rien ne pourrait le convaincre de se raser autrement.

Et les femmes?
En fait pendant longtemps les fabricants de rasoirs dédiaient des modèles aux femmes.

Puis, pour une raison qui m’est inconnue nous avons été délaissées au profit des compagnies de rasoirs jetables et à cartouches.
Le marché actuel est davantage, pour ne pas dire exclusivement réservé aux hommes. Très peu de femmes se tournent vers le rasage traditionnel, à la pioche. On préfère souvent essayer d’autres méthodes, souvent plus douloureuses et onéreuses, pour finalement revenir à nos rasoirs à cartouches ou jetables.
Certaines compagnies vont timidement désigner un rasoir pour femmes en l’affublant d’un manche rose, mais rien de plus.

J’ai utilisé des rasoirs jetables et à cartouches pendant très longtemps. Plus de 25 ans. Je n’ai jamais été fidèle à aucune marque, aucun modèle. J’achetais le moins cher. Je détestais ces rasoirs. La mousse à raser, quant à elle me dessèche la peau. Je repoussais les séances de rasage. C’était une corvée. Un moment déplaisant à passer seule avec moi-même.

Depuis peu, j’ai fait l’acquisition de ce petit bijou. Je l’ai choisis parce qu’il est beau, ses caractéristiques répondaient à mes critères, a eu de bons commentaires, son prix est très abordable; 25, 00$.
J’ai complété mon achat avec un ensemble de 40 lames de marques différentes. Croyez-moi, ces lames sont très coupantes! Peu importe la longueur du poil, elles rasent de près, demandent moins de passages, irritent donc moins la peau. Son manche long et texturé ne glisse pas dans la main et est parfait pour faire la transition entre les rasoirs jetables et la pioche traditionnelle.
Je peux tout raser; jambes, aisselles et la zone du bikini. Je prends mon temps pour ne pas me couper et malgré ça, toute l’opération est plus rapide.

Où vous procurer un rasoir de sûreté pour le rasage humide? J’aime beaucoup commander du site canadien Fendrihan. Le site est unilingue anglais, ce qui peut être un problème pour certains. Le vocabulaire du rasage est assez simple et répétitif ça ne devrait pas être trop difficile à comprendre.
Fendrihan est un beau site avec une grande variété de produits destinés aux hommes. Mais nous les femmes savons nous approprier ce qui est aux hommes, n’est-ce pas? Les prix, en dollars canadiens, sont bons. Le service est excellent. Les commandes sont rapidement expédiées.

Si vous redoutez l’initiation du rasage à la pioche, il y a sur Youtube des vidéos (encore en anglais!) pour expliquer et montrer aux femmes comment utiliser ces rasoirs. Pour les jambes

Pour les aisselles

J’espère avoir pu vous aider à trouver une alternative plus économique et moins polluante que les rasoirs jetables et cartouches de plastiques. C’est une façon différente, ancienne, qui gagnerait à être reconnue. Le moment parfait pour dire adieu aux mousses et gels à raser remplis de produits chimiques. L’excuse parfaite pour amorcer un nouveau tournant dans votre routine beauté.

À bientôt!

Marmaille 😉

***NOTE DE LA RÉDACTION***

Je n’ai reçu aucun produits ou compensation d’aucune nature de la part de Merkur, Edwin Jagger ou Fendrihan.  Les opinions mentionnées dans cet article sont les miennes et sont basées sur mes expériences.

Enregistrer

Enregistrer