GMOs Revealed: ces poisons que nous mangeons (2)


Dans GMOs Revealed: ces poisons que nous mangeons (1) je vous dressais une liste des différents experts interviewés. Plusieurs d’entre eux ont parlé de la corrélation entre l’absorption de glyphosate et l’augmentation en force de maladies telles l’autisme, le diabète, le trouble de déficit de l’attention, le cancer du rein, etc… C’est franchement préoccupant.

Le Bt
Quand on parle d’organismes génétiquement modifiés, dans ce cas-ci des fruits, des légumes et du saumon, nous parlons de gênes qui ont été modifiés en laboratoire. Partout dans le monde on trouve des cultures à perte de vue de blé, de canola, de maïs, de soya et de coton.
Le maïs Bt par exemple ne figure pas dans la liste des aliments, mais des insecticides.

On modifie l’ADN du maïs en le bombardant (pour imager un peu le procéder)  avec de l’ADN de bactérie naturellement résistante au glyphosate.  Puis on ajoute de l’ADN de E. Coli et pour finir une bactérie qui cause des tumeurs en brisant les parois des cellules des autres plantes (mauvais herbes).  Après toutes ces manipulations, nous avons le fameux maïs Bt.
Le maïs Bt contient une dose concentrée d’insecticides 12 fois supérieur à la plante qui n’en est qu’aspergée.
L’insecte qui aura la mauvaise idée de penser que cet épi de maïs Bt est un buffet à volonté le paiera de sa vie. Son estomac se verra percé de trous et il explosera.
En 2013, 95% du maïs cultivé appartenait aux corporations.   De ce nombre 90% était OGM, on doit s’inquiéter!

Quant au coton Bt qui a coûté la vie de milliers de cultivateurs en Inde, l’histoire est non seulement triste, mais tragique. Monsanto avait promis des profits faramineux à ces cultivateurs. Monsanto leur a vendu les semences à prix d’or. Mal leur en pris! Les semences Monsanto n’aiment pas la pluie. Des récoltes entières ont été détruites à cause d’elle.
Le coton Bt, est un coton de piètre qualité. Les fibres sont trop courtes pour être filées et tissées. Personne ne voulait l’acheter. C’est à ce moment que nous avons vu apparaître le coton biologique dans les magasins de tissu. C’était un gage de qualité.
Malheureusement, les pauvres paysans qui avaient cultivé le coton Bt se retrouvaient avec des dettes qu’ils étaient incapables de rembourser. Les vagues de suicides ont commencées. Une vraie hécatombe!
Comme vous vous en doutez, Monsanto s’en est lavé les mains.

Le canola…  On en parle peu.  Mais y avez-vous pensé? L’huile de canola dite aussi bonne pour la santé que l’huile d’olive. C’est un ingrédient dont on se sert tous les jours.   Regardez votre bouteille d’huile de canola. Elle a l’air pourtant bien innocente, non?  Pourtant c’est fort probablement du canola OGM et vous ne vous en doutiez pas.

La pomme qui ne brunit pas
Depuis quelques années on trouve sur le marché, du moins aux États-Unis la Arctic apple. La pomme Arctic ne brunit pas quand on la coupe. La chair ne s’oxyde pas au contact de l’oxygène. Vous pouvez la voir ici. Pour déjouer la nature, on a bidouillé dans l’ARN de la pomme en « désactivant » l’enzyme responsable de l’oxydation de la chaire. Même genre de taponnage pour la patate Innate. D’après leur site leur patate ferait moins de marque noire dans la chaire et ne germerait pas, entre autre promesse.

L’ananas rose de Del Monte

En décembre 2016, Del Monte a eu l’autorisation de commercialiser son ananas rose. Ananas génétiquement modifié biensûr! Pour lui donner cette nouvelle couleur on a modifié les enzymes qui lui donnent sa teinte jaune; la beta carotène au profit du lycopène qui le colorera en rose. Est-ce qu’on avait vraiment besoin de ça? Pourquoi de l’ananas rose?

Un verre de lait c’est bien mais plus c’est mieux!
Au Canada, il est strictement interdit d’administrer des hormones de croissances aux vaches laitières.
Mais jouer à déjouer la nature, surtout inutilement, n’est pas sans conséquence. Ces vaches font plus de mammites, leur taux de fécondité est réduit, de la boiterie a été observée en plus de raccourcir leur espérance de vie.
Chez l’humain, les rBST peuvent causer une suractivation du système immunitaire, des cancers du sein, du rectum et de la prostate, du diabète et une augmentation de naissances de jumeaux.

Le Frankensaumon

Difficile de passer sous silence le saumon génétiquement modifié de AquaBounty. Il a été approuvé avec grands bruits et fracas autant ici au Canada qu’aux États-Unis. Et pour cause! On ne s’est pas amusé à croiser des races poissons, mais on a plutôt redessiner un poisson pour le faire grandir et grossir plus vite. Parce qu’encore une fois on ne laisse pas la nature faire son travail au nom « d’une pêche durable ». Alors qu’on produit déjà, depuis longtemps, du saumon d’élevage.
Des gênes de saumon quinnat on été injectés dans des œufs fertilisés de saumon de l’Atlantique. La protéine antigel de la lotte d’Amérique a été ajouté à cette soupe de gênes pour donner ce saumon OGM.
D’ici quelques générations de ces poissons, ils verront apparaître des problèmes qu’ils n’avaient ni vus ni prévus. Ces conséquences d’un bidouillage génétique se verront chez nous sûrement bien plus vite que nous ne le pensons.
Malheureusement pour nous aucun moyen de savoir quel saumon nous achetons à l’épicerie puisqu’il n’y aucune loi sur l’étiquetage des OGM au Canada.

Le riz doré

Une invention tout aussi inutile que tous les autres OGM. Ces inventeurs ont prétendu que l’idée du riz doré était pour combler la carence en vitamine A dont sont atteints beaucoup de gens des pays du tiers-monde. L’idée semble noble de prime à bord. Le projet a coûté des millions de dollars, mais ça n’a jamais tenu la route. Les problèmes avec le riz doré c’est qu’on s’est aperçu que sa concentration en beta-carotène diminue rapidement après sa récolte. Il encourage la monoculture, ce qui n’a jamais été une bonne idée. Et! Il faut manger 34 bols de ce riz pour avoir son apport quotidien en vitamine A. Une vraie farce! Toni Bark en débatait avec Robert Saik le pro-OGM. Pour lui, le riz doré c’est l’avenir et bien évidemment la réponse à un besoin. Toni Bark quant à elle prêchait pour une solution beaucoup plus viable, moins chère et plus logique; la biodiversité des cultures. Apprendre à ces gens à cultiver plusieurs variétés de légumes qui eux sont beaucoup plus concentrés en beta-carotène et aussi beaucoup plus stables.

Malheureusement pour nous, tous ces aliments ont été balancés sur le marché sans aucune étude sur leurs conséquences sur l’être humain. Toutes les instances gouvernementales à la solde des corpos donnent leur aval sans poser de question sur les risques. Jouer dans l’ADN et l’ARN a obligatoirement des conséquences. Qu’elles sont-elles? Nous ne le savons pas. Les tests, les expériences se font sur nous. Nous sommes les rats de laboratoire de Monsanto, Syngenta, Bayer, AquaBounty et cie.
Les aliments OGM ne sont pas étiquetés, malgré que nous le demandions. La FDA aux États-Unis, ici Santé-Canada s’y refusent obstinément. Monsanto a trouvé la raison parfaite: ce sont des aliments pas des médicaments. Le Maïs Bt est un insecticide, il n’apparaît pas dans la liste des aliments génétiquement modifiés. Ces corpos savent que nous ne voulons pas volontairement manger leurs fruits et légumes mutants. Mais ils feront tout pour nous les faire avaler!

À bientôt pour la troisième partie!
Marmaille 😉

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

GMOs Revealed: tout ces poisons que nous mangeons (1)

C’est du 22 au 31 août dernier que la série documentaire GMOs Revealed nous était présentée en ligne par le Dr Patrick Gentempo et ses collègues Jeff Hays et le Dr Beau Pierce.  Franchement, je ne m’attendais pas à autant de contenu.  Ici, pas de propagande végétarienne ou végane.  Avec des experts de différents horizons on met en lumière les manigances démoniaques des différents leaders mondiaux des engrais chimiques, producteurs de pesticides et autres « ides » et manipulateurs génétiques.

Le premier épisode s’ouvre sur une entrevue avec le Dr Zach Bush qui nous raconte comment les engrais chimiques sont arrivés dans les champs, puis dans notre assiette.  L’industrie pétrochimique se retrouvait avec tout un stock de molécules et se devait de rentabiliser ses recherches.  C’est alors au début des années 50 que l’utilisation de ses produits est entré dans la pratique.
Chaque fois, Monsanto arrivait avec un nouveau produit ou une nouvelle utilisation pour un produit déjà en vente. À ce sujet, Dr Zach Bush expliquait que Monsanto est arrivé avec une idée de génie pour les cultivateurs de blé. Afin d’augmenter la production de blé on leur a suggéré d’arroser le blé de Roundup Ready bien avant qu’il ne soit mûr et prêt à moissonner. Ainsi, le cultivateur peut replanter et récolter une deuxième récolte de blé dans une même saison. Génial, non?
Non, justement! Parce qu’ainsi, l’équilibre gluten/enzymes (si je me rappelle bien) n’est pas bien balancée.  Combiné au glyphosate, on a le cocktail parfait pour développer une intolérance au gluten ou la maladie cœliaque.
C’est sans parler qu’à force d’inonder les champs de Roundup Ready et autre liquide tueur de tout organisme vivant essentiel dans le sol, on tue la terre et privons les plantes que nous cultivons de leur nourriture. En conséquence, notre nourriture est déficiente en vitamines et minéraux qu’elle devrait naturellement trouver dans son sol nourricier.

Dans tous les épisodes on nous parle du « leaky gut » ou le syndrome de l’intestin perméable.

On parle beaucoup de la santé de nos intestins. Et pour cause! Ce sont nos intestins qui absorbent les vitamines et minéraux et tout autre nutriments. C’est là que se forment entre autre nos neurotransmetteurs. Notre microbiote, formée de centaines de milliards de bactéries assure notre santé. Mais si on la compromet en prenant des antibiotiques, ou en avalant des produits chimiques nocifs qui en fait ne devraient pas s’y trouver, on brise cet équilibre. La paroi qui a l’épaisseur d’une cellule se brise et laisse tout passer dans notre circulation sanguine.

J’ai pu voir Dr Toni Bark, une femme qui possède son sujet et que j’ai trouvé assez charismatique. Elle a même eu la patience et la courtoisie d’interviewer Robert Saik co-fondateur d’Agri-Trend. Robert Saik est un pro-OGM.  Il balaye de la main tout ce qui est reproché à Monsanto; faire interdire l’étiquetage des produits génétiquement modifié, les poursuites de Monsanto contre des agriculteurs à cause de la migration de leurs semences OGM, les suicides en Inde d’agriculteurs qui perdent tout à cause du faible rendement des semences OGM, il approuve le fameux Golden Rice sensé combler les carences en vitamine A dans les pays du tiers monde.

On rencontre Jeffery Smith, le Dr Dan Pompa, le très coloré David « Avocado » Wolf dans sa ferme sur une île d’Hawaï. Sayer Ji, un activiste. La liste continue: Mike Adams alias le Health Ranger, qui se fait intimider par les grandes corpo. Dr Edward Group III quant à lui, nous indique que le problème est plus vaste que des légumes génétiquement modifiés et de l’épandage de Roundup Ready. Il parle de l’eau. Parce que le glyphosate se retrouve partout; dans l’eau que vous buvez, dans celle que vous prenez pour laver vos légumes. Il est hydrosoluble. On le boit, on le respire. 95% des américains auraient du glyphosate dans leurs urines.
Dr Jayson Calton ainsi que sa femme Mira sont les auteurs du livre « Rich food poor food ». Le livre se veut un manuel pour faire votre épicerie. Il y est expliqué, allée après allée, quel produit est sécuritaire; sans OGM.
On ne peut pas passer à côté de Tami Canal, fondatrice du site March against Monsanto ainsi que de la page Facebook. Tami Canal est une mère qui a commencé à se poser des questions en voyant une pub à la télé. Le sujet a piqué sa curiosité. Quand elle s’est aperçue de l’ampleur du phénomène des OGM, du pouvoirs des corpos et des conséquences sur notre santé, elle est devenue une activiste. Son organisation connaît beaucoup de succès partout sur la planète.
Sont aussi apparus à l’écran Greg Horn de Purpose Nutrition et le Dr Gerry Curatola, dentiste.


Je vous parlais plus haut de notre flore intestinale. Le sympathique Dr Gerry Curatola lui nous parle de notre flore buccale qu’on maltraite à coup de fluor, de dentifrice et de rince bouche. Il ne faut pas oublier qu’après tout le dentifrice c’est du savon pour se laver la bouche! D’après lui le fameux oil pulling à l’huile de noix de coco serait mieux que les dentifrices, même si ce n’est pas parfait.
D’après lui (et beaucoup d’autres) nous sommes beaucoup trop exposés au fluor et nous n’en aurions aucunement besoin. Le fluor est cancérigène. Il a également rapporté voir beaucoup d’enfant atteint de fluorose dentaire.

Dr Toni Bark a interviewé Dr Stephanie Seneff du MIT. Dr Seneff voit une corrélation entre l’utilisation sans cesse grandissante du Roundup Ready et l’augmentation des cas d’autisme, diabète, TDH/A, maladie cœliaque, cancer des reins et la liste continue.
On fait connaissance avec Mark Kastel co-fondateur du Cornucopia Institute. Il nous apprend qu’il y a des fraudes du label « USDA Organic », nous explique ce qu’est l’agriculture bio, les dangers des mono-cultures vs la bio-diversité.
On rencontre une autre maman, Zen Honeycutt, fondatrice de Moms across America. Elle raconte comment les OGM et le glyphosate atteignent nos enfants. Elle témoigne des effets positifs de l’alimentation biologique sur les enfants.
Avant de conclure avec Dr Zach Bush, on rencontre Pedram Shojai, auteur, scénariste et activiste qui raconte comment les gens de son quartier se sont mobilisés pour faire cesser l’épandage de Roundup Ready dans les parcs où jouent les enfants de sa ville.

Il y a beaucoup à dire sur les organismes génétiquement modifiés et les produits chimiques qu’on utilise en agriculture. Je ne pourrai pas m’arrêter qu’à un seul article parce que le sujet est vaste. GMOs Revealed en fait le tour. Leur histoire, leur arrivée dans nos champs et nos assiettes. Comment depuis le milieu des années 90 la population mondiale est devenue le laboratoire des corporations. La corrélation entre l’épandage de produits chimiques nocifs et l’augmentation en flèche de maladies; même d’épidémie de maladies génétiques. Ils brisent le mythe du manque de nourriture pour nourrir la planète. On nous dit comment nous citoyens, nous consommateurs, nous parents, en l’occurrence les mères, pouvons réduire notre exposition à ces produits contre nature.

À bientôt!

 

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer