De mamie, faite par maman.

Courtepointe en flanelle, pour ma sauvageonne, de mamie, faite par maman.  Granny hugs quilt, 21 janvier 2017.

 Octobre 2015.  J’étais allée chez mamie pour qu’elle fasse des broderies sur la courtepointe de ma sauvageonne. Dans son atelier, sur une haute pile de tissus, se trouvait un assortiment de flanelles. Des flanelles douces, coordonnées. Mamie aime acheter les collections de tissus coordonnés. Tout est agencé, on a pas à se casser la tête pour faire des mix and match. Elle m’a offert les tissus à une condition; elle voulait que j’en fasse une courtepointe pour notre sauvageonne. J’ai accepté tout de suite d’accéder à sa requête.

Août 2016. Je cherchais du tissu pour un projet de couture quand je suis tombé sur l’assortiment de flanelles. Je n’avais pas encore fait la courtepointe. Pour une raison ou une autre, mon projet était resté en plan. J’avais assez perdu de temps comme ça. J’ai lavé tout le lot et je me suis mis à la recherche d’idées. J’ai trouvé un modèle simple, intéressant et très rapide à faire; le Quick triangles baby quilt de Lindsay Connor du site Craft Buds.
Grâce à son tutoriel, j’ai appris comment faire huit carrés formés de 16 (HST: half square triangles) triangles rectangles d’un coup. De la productivité optimisée. Une technique de patchwork très instructive. Le travail s’en trouve facilité et rapide. En un rien de temps, j’ai pu faire tous mes carrés, puis les disposer selon mon envie.
En moins d’un après-midi, tout le devant de la courtepointe était assemblé. Mais…  J’ai dû mettre mon projet de côté, parce que je n’avais pas assez de batting.

Janvier 2017. J’ai terminé la courtepointe de Metal Ado de laquelle il m’est resté des retailles de batting. Sur le coup de l’impulsion, hier après-midi, j’ai décidé que je devais achever la courtepointe une fois pour toute. Mon projet avait assez traîné en longueur. Tout allait bien…  Quand tout à coup, ma machine à coudre s’est mis à sauter des points. Ah non!  Pfff!  C’était bien le moment de faire des siennes à cette machine!  Qu’est-ce qu’il pouvait y avoir de pas correct?  Ah bon, je vois…  Je n’avais pas d’aiguilles à quilter.  Pourquoi?  Les raisons sont simples.  Je n’en trouve pas dans mon coin.  Je ne pense jamais d’en commander sur Internet.  Du coup, je fais avec ce que j’ai.  Par conséquent j’ai passé une partie la soirée à jurer comme ce perroquet

Quilter’s parrot, The Big Book of Bobbins: fun quilty cartoons Julia Icenogle.

J’ai persévéré et terminé la courtepointe au beau milieu de la nuit dernière.  La machine à la vitesse minimale… Ça va pout, pout, pout! Comme un vieux bazou.  Après avoir dormi quelques heures j’ai vite mis la courtepointe à laver pour voir le produit fini.  J’aime l’aspect fripé, usé que ça donne aux courtepointes.  J’avais hâte de pouvoir la photographier à son meilleur.

Zoom quilting vue du dos

Zoom quilting vue du devant

Roulement de tambours…  Le dos tout quilté de la courtepointe.

Le devant.  Tadam!

Après la séance photo, j’ai donné la courtepointe à sa destinataire.  Ma sauvageonne.  Elle l’a tout de suite adopté.  Parce qu’elle la trouve belle et douce.  Elle m’a demandé de lui mettre sur les épaules, s’y frottait le nez.  Au bout d’un moment elle m’a demandé si elle allait pouvoir dormir avec ce soir.  Ma réponse positive l’a ravie.  Elle a enchaîné en me demandant de poser sa courtepointe sur son lit, ce que j’ai fait avec plaisir.  C’était très attendrissant de la voir aller se coucher sur sa courtepointe et s’y lover.

Enregistrer Au coucher ce soir, elle s’est assurée d’avoir sa courtepointe dans son lit.

Mamie,
Ca été un plaisir pour moi de travailler avec ces belles flanelles pour toi. J’espère que tu trouveras que la longue attente en aura valu le coup. Le nom de la courtepointe est venu naturellement, et ne pourrait être plus approprié. Qu’en penses-tu?
Bisous xxx

À bientôt!
Marmaille 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Quilt pox

quiltpoxQuelle belle maladie que le « quilt pox »!  On l’attrape et heureusement c’est incurable.

J’ai toujours aimé les patchworks, les courtepointes et différents quilts.  Ils sont indémodables, traversent le temps, les époques en traînant avec eux des souvenirs qu’on chéri pour toujours.  Qu’il soit simple ou travail d’artiste un quilt fait à la main par quelqu’un d’important pour nous est un cadeau immense qui pourra être légué à la génération suivante.  Ça me fait penser à ce vieux crazy quilt de 1917 que j’avais vu à la maison de campagne de tante D.  Il était encadré et bien exposé.  Assemblé et brodé à la main par l’arrière-grand-mère de son mari.  C’était de toute beauté.

En été 2011, alors enceinte de Threenager, je cherchais un ensemble de literie pour son petit lit.  Je ne trouvais rien à mon goût.  Des imprimés d’animaux fades que je trouvais beaucoup trop féminins.  J’allais avoir un garçon.  Je voulais quelque chose de coloré, peut-être un peu flyé.  Tout ce que je voyais était monotone.  Quand j’ai trouvé un ensemble qui me plaisait, il était hors de prix.

J’ai eu l’idée folle de faire une courtepointe pour mon bébé qui devait naître en automne.  Je dis idée folle parce qu’à ce moment, je ne savais pas vraiment coudre.  Mais, j’avais quelqu’un pour m’apprendre.  Elle n’a pas été difficile à convaincre, croyez-moi.

Avec Metal Ado et ma belle-mère, je suis partie à la conquête des tissus.  On a créé notre patron.  Coupé nos pièces et j’ai passé des journées entières à assembler parfaitement mes morceaux.  Ma prof était sévère!  Les coins de rencontre devaient être bien alignés.

J’avais choisi de donner un thème.  Les pirates.  Pour ceux qui ne savent pas, broder même à la machine, c’est long!  Vous seriez surpris.

Est arrivée l’étape du quilting.  Puisque j’étais une novice insécure j’ai opté pour le « stitch in the ditch ».  C’est là que j’ai découvert que même une machine à coudre dite « Quilter’s compagnion » ne l’est pas vraiment.  Le bras n’est ni assez haut, ni assez long.  Aucune marque ne fait un modèle vraiment « quilter friendly ».  Il faut tout rouler et squeezer la courtepointe pour qu’elle passe sous le bras pour pouvoir bien pîquer.  Un peu frustrant par moment.

Quand j’ai terminé la courtepointe de Threenager j’étais non seulement contente, mais j’étais fière d’avoir porter mon projet à bouts de bras et de l’avoir achevé.IMAG0772-1Le temps a passé.  J’ai été enceinte de mon petit chat sauvage.  J’ai confectionné plein de petites choses pour elle pendant ma grossesse, mais je n’avais pas le cœur de m’embarquer dans un projet aussi prenant.  Parce que voyez-vous je-dois-absolument-le-finir-tout-de-suite.  Je suis incapable de laisser un travail de couture en plan pendant un temps indéterminé.  Je le commence, je le termine.  Vite!

Mais le quilt est une maladie incurable.  J’ai décidé que chacun de mes enfants devait avoir sa courtepointe.  Décision complètement irrationnelle, mais c’est comme ça.  Par contre, je n’avais pas le courage de faire un patron complet encore.  Je voulais du tout cuit dans la bec.  Un modèle simple et rapide à faire, quelque chose qui offrait bien des possibilités.

J’ai trouvé mon bonheur avec le « Strip Tango Quilt » de My quilt infatuation.  Couper de grands rectangles de 4,5″ x 20,5″ et les assembler selon le schéma pour finir avec une courtepointe de 48″ x 60″.  Fastoche!  Avec la vielle machine à coudre de tante L. ça allait se faire en un après-midi.

J’ai choisi deux cotons que j’avais acheté chez A. C. Textiles et  les autres viennent de chez Tonitex.

J’ai demandé à ma belle-mère si elle voulait participer en faisant quelques broderies et l’étiquette de la courtepointe, ce qu’elle ne pouvait vraiment pas refuser!

J’ai terminé la courtepointe de mon petit chat sauvage hier soir.  J’étais très satisfaite de mon travail.IMAG0760-1Un beau mélange de cotons imprimés.  Un peu de rose, mais pas trop.  Des bleus, des aquas. IMAG0761 [147724]-1Pour l’endos j’ai choisi le tissu Liberty of London que tante D. m’avait donné quand on nous a confirmé que nous aurions une fille.

Après quelques tergiversations, j’ai eu un coup de cœur pour une broderie de la collection « Feline Faeries » de  Laurel Burch unnamed1Pouvais-je trouver plus approprié pour mon petit chat sauvage?  C’est là que j’ai découvert Laurel Burch, artiste américaine, aujourd’hui décédée.  Ma belle-mère avait cette collection de broderies qu’elle n’avait même jamais utilisé.

La courtepointe est trop grande pour le mini lit de notre petit chat sauvage.  Je dois la plier en deux.  Son lit a l’air bien plus douillet ainsi.IMAG0775-1De deux!  En attendant la prochaine qui sera pour Metal Ado.IMAG0774-1Parce que ne dit-on pas:

Celui qui dort sous une courtepointe est réconforté par l'amour.

Celui qui dort sous une courtepointe est réconforté par l’amour.

Une douce vérité cette citation.

Quelques notes:

Vous trouverez de beaux cotons imprimés chez A. C. textiles sur la rue St-Hubert (7930 rue St-Hubert).  Une toute petite boutique tenue par un sympathique couple âgé.  Ils ont de belles surprises.

Sans oublier Tonitex au 9630 boul. St-Laurent.  C’est aussi là qu’on trouve le Warm and comfort au mètre, au meilleur prix!

Vous, enveloppez-vous ceux que vous aimez de votre amour pour qu’ils dorment bien?

Marmaille 😉

À bientôt, pour la couture d’Halloween!

 

 

Enregistrer