Acid trip quilt

C’est exactement la sensation que j’ai quand je termine une courtepointe. L’exaltation, le soulagement, la satisfaction d’être allée jusqu’au bout.  Parce que parfois, faire une courtepointe est un vrai parcours de combattante.  Mais on y revient toujours malgré nous.  C’est une maladie le quilt pox, j’vous dis!

1. Rio par Paintbrush Studio 2. Jungle things par Sue Marsh 3. Geekery par Sur Marsh 4. Daydreams par Stephanie Brandenburg

Dans mon article Quilt pox je vous disais que je voulais que chacun de mes enfants ait sa courtepointe. J’ai fait ma première courtepointe en 2011 alors que j’étais enceinte de 3nager. Ma seconde, en octobre 2015, pour mon petit chat sauvage. Metal Ado n’avait toujours pas la sienne. Je tenais à lui en faire une.
Le temps passait, Noël approchait. Je me suis dit que ça allait être un beau cadeau.  J’avais choisi de travailler avec le patron Fletcher free chevron quilt pattern de Shiny happy world, en grandeur twin size, lit simple. Comme j’aime défier le temps, c’est le 15 décembre je suis allée chez Tonitex sur la rue St-Laurent, alors que je ne disposais que d’une heure pour choisir et faire couper mes tissus.

Malheureusement, malgré toute ma bonne volonté, je n’ai pas eu le temps de terminer la courtepointe à temps pour Noël. J’avais assemblé les pièces du devant. Même chose pour le dos. Il ne me restait qu’à faire le sandwich avec le batting et quilter le tout. Alors j’ai emballé le travail que j’avais complété et je l’ai offert à Metal Ado à Noël pour qu’il voit que le travail était commencé et qu’il sache qu’il l’aurait bientôt. Croyez-moi, il était content de ce qu’il a trouvé dans la boîte.

J’ai décidé de ne pas binder la courtepointe, mais d’y aller avec la méthode pillow case comme expliqué dans le tutoriel de Red Pepper Quilts A quilt without binding (A tutorial).

Sur le devant de la courtepointe on peut voir le motif en chevron vertical. Dans mes courtepointes, je mets toujours deux épaisseurs de batting en coton ou en bambou. Pour la rendre plus chaude.  Aussi par esthétisme; je trouve que quilter deux épaisseurs donne un plus beau rendu qu’une.  Je n’aime pas les battings synthétiques.

C’est alors que se dressait devant moi un obstacle de taille.  Ma vieille machine à coudre n’arrivait pas à bien quilter la courtepointe. Les points étaient irréguliers, peu importe que je baissais la vitesse ou la pression du pied ou la tension du fil.  Pour ajouter de l’huile sur le feu, ma quilter’s compagnion qui aurait été assez forte pour faire le travail a besoin d’un sérieux ajustement.  Je me retrouvais donc dans la mélasse.  Franchement, penser à tout quilter à la main me décourageait. Alors, Mamie est venue à ma rescousse. C’est elle qui a simplement quilté la courtepointe hier. Regardez-moi cette explosion de couleurs sur fond noir!  L’arrière
Le quilt blanc sur le tissu bleu des bords de la courtepointe ajoute un beau contraste. Ouh la! la!  La neige!

Le patron Fletcher est beau.  Par contre, le tutoriel nous laisse parfois dans le vague.  Le tutoriel nous fait assembler nos pièces à 1/8″ (3 mm), malgré qu’on mesure au 1/4″ (6 mm). Pour le reste, quand on assemble les colonnes, on ne sait pas si on doit coudre à 1/8″ (3 mm) ou 1/4″ (6 mm). Alors, j’ai fait mon piecing en mesurant 1/4″ (6 mm) et ai cousu à 1/8″ (3 mm).  Pour le reste j’ai improvisé en cousant à 1/4″ (6 mm). À la fin, mauvaise surprise… Il me manquait quelques pouces à la longueur de mon devant.  Le derrière était plus étroit.  Là encore, j’ai du improvisé une solution. C’est pourquoi j’ai ajouté des bandes bleues sur le haut et le bas du devant de la courtepointe. Pour l’arrière, j’ai ajouté une colonne de carrés pour l’élargir. Alors que la courtepointe twin size devait mesurer 66″ x 83″ (168 x 211 cm), la mienne fait 64″ x 86″ (163 x 218,5 cm) finie.

Pourquoi Acid trip quilt? Metal Ado m’avait demandé une courtepointe dans les tons de gris et noir. Mais au moment où j’ai acheté mes tissus, je n’ai rien trouvé qui me plaisait. Des batiks.  De petites fleurs…  jolies peut-être, mais pas très masculines. Alors, je suis allée dans une direction complètement différente, mais en conservant le noir. Une explosion de couleurs sur fond noir! Metal Ado a été très agréablement surpris par mes choix.  Quand on la regarde de loin, toutes ces couleurs bigarrées font très trip d’acide, alors le nom s’est imposé de lui-même.

Je suis contente de la courtepointe.  Elle est belle, vivante, vibrante.  Très colorée.  Mon rêve de maman s’est réalisé.  Pas sans difficultés, mais j’ai mené mon projet à bien.  Je suis fière du travail que j’ai accompli.  Merci à mamie pour son coup de main, parce que sans elle, j’aurais du tout quilter à la main.

Bon, qu’est-ce que je pourrais coudre maintenant?

À bientôt!

Marmaille 😉

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Doux et chaud le tartan!

imag1246Il ne reste qu’une semaine au mois d’octobre et le froid s’installe déjà.  Lorsque l’automne nous prépare à l’hiver, on cherche inévitablement la chaleur.  Parce qu’il faut le dire; y fait frette!  Les températures qui avoisinent le 0 °C, nous forcent à nous habiller plus chaudement.

Fort probablement à cause de la série Outlander – Le chardon et le tartan, les blanket scarf,  ces grandes écharpes aux motifs de tartans sont très à la mode.  On en voit partout!  Elles sont belles ces écharpes.  Elles ont l’air chaudes et confortables.  Des cocons à porter autour du cou.

Vu la frénésie pour ces beaux plaids, les boutiques nous attendent de pied ferme.  Elles ne sont tout de même pas données surtout quand on s’aperçoit qu’elles sont faites d’acrylique, ou de polyester.  J’ai horreur de payer pour un vêtement que je pourrais faire moi-même avec une étoffe de meilleure qualité pour un moindre coût.  Donc, je n’ai pas succombé à la tentation.

Aujourd’hui, j’ai profité de mon après-midi sans marmaille pour aller acheter des tissus pour un projet de couture que je vous dévoilerai prochainement.  J’aime faire le tour des magasins de tissus, toucher les étoffes, découvrir des trésors cachés.  Mon expédition plus tôt en journée ne fait pas exception.

En entrant chez Goodman, sur la rue St-Hubert, les étoffes en laines étaient les vedettes.  Elles étaient belles, mais pas de coup de cœur.  Je m’enfonce plus loin  dans cette caverne d’alibaba et je tombe sur un beau tartan complètement différent des autres.  Coup de foudre instantané!  Croyez-moi, l’objet de ma convoitise avait beau être juché haut, j’ai trouvé un moyen pour me l’approprier.imag1236Un beau plaid en laine qui deviendra une écharpe couverture aussi belle que chaude.imag1237Du rouge, du bleu, du rose.  Totalement différent de ce que les fashionistas en herbe portent.  Parfait!  Mais combien je devais faire couper pour mon projet?  La gentille dame m’a conseillé un mètre et demi.  Le plaid fait 60 po (1, 53 m) de large.  C’est un avantage par rapport à la flanelle qui  est plus étroite avec ces 42 po (106 cm).  J’aurai donc un très grand carré.

La plus part des tutoriels que j’ai lu après mon achat traitaient des blanket scarf faites de flanelle.  Les blogueuses recommandaient en moyenne deux verges et demi (2, 30 m) de tissus.  Mon plaid est plus large et la laine est plus épaisse que la flanelle.  Ce sont des facteurs important à considérer.

Confectionner une écharpe couverture est très facile.  Avant toute chose, on ne touche pas les lisières.  Par contre, on taille dans le sens de la trame,  bien droit, le haut et le bas.  Guidez-vous à l’aide des lignes du motif de votre plaid.  Vous aurez un carré de 60 x 60 po (1, 50 m x 1, 50 m)pageDans ce cas-ci ce n’était pas une étape superflue.  C’était croche sans bons sens.

Avant d’effilocher un peu mon tissu pour la finition, j’ai fait une couture au point zig zag en trois étapes sur les bords vifs de mon plaid, d’une lisière à l’autre.  Certaines recommandaient d’utiliser un colle à tissu du genre Fray stop, mais je ne suis pas fan de ce genre de produit, ni de son application.catsLe but de ces deux coutures est d’éviter que toute l’écharpe ne s’effiloche.  Ce sera un effilochage contrôlé.  J’allais oublier: faites un point d’arrêt au début et à la fin de chacune des coutures!

Pour la finition, on prend un découvit ou une épingle droite et on tire sur les fils de trames jusqu’à la couture.cats1C’est une tâche assez rapide à faire.  Travaillez sur l’envers du tissu, vous verrez mieux les fils à détacher.

Terminé!imag1247L’écharpe couverture en laine est très grande.  Elle peut se porter autour du cou en foulard, sur les épaules comme un châle, sur la tête à la manière d’un voile…  ses utilisations sont presque infinies.

Si on parle de coût, je vous dirai qu’en aucun cas, vous n’aurez une écharpe couverture en laine de cette qualité pour moins de 30$ en magasin.  Ce que j’y ai vu est fait de tissus synthétiques et se vend entre 20 et 30$.  Alors qu’une écharpe en laine comme celle-ci coûte au bas mot 65$, voir plus.  Encore là, elle sera moins grande.  Pour le prix du synthétique vendu en magasin vous pouvez avoir de la fibre naturelle.  Si vous optiez pour de la flanelle, qui est en fait du coton, autre fibre naturelle, le prix serait encore moindre.

Finalement, j’aime beaucoup mon gros foulard en tartan.  Il est unique.  Il est chaud et confortable.  Je pourrai encore le porter quand les plaids seront redevenus out.  Mais ça revient toujours.  En fait ça ne se démode jamais!  Pour moi, la preuve est faite, matière naturelle et fait main sont gages de qualité et d’économie.

J’espère que les explications de mon couturiel sont claires et que vous aussi porterez fièrement votre écharpe les jours de grands froids.  Je vous laisse, Jamie Fraser m’attend dans mon plaid.  Bye-bye Claire!

À bientôt!

Marmaille 😉

Le lin, meilleur ami du pain au levain

2016-18-9-23-16-27
C’est en mars dernier que le levain est entré dans ma vie. J’ai commencé par démarrer deux levains; Monsieur Émile et Julien. Avec eux, j’ai vécu des hauts et des bas. Certains jours ils sont tellement en forme qu’ils débordent de leurs pots. Tandis que parfois ils sont tout raplapla, au point où je crains de les avoir perdus à jamais. Cet été, occupée comme je l’étais, la boulange a été mise de côté, comme les cours. Monsieur Émile et Julien m’ont sagement attendu dans l’étuve qui leur sert de petit logis.

Une chose qui me préoccupait quand j’ai commencé à boulanger au levain était la conservation de mon pain. Le pain au levain ne moisit pas. Au bout de quelques jours il a séché et devient une masse dure. Presque une arme de défense, un objet contondant.
J’avais lu qu’en France, le pain se conserve dans des sacs en lin. Le lin laisse respirer le pain et absorbe le surplus d’humidité.
Pour le prix d’un mètre de lin j’ai pu faire quatre sacs à pain. Belle économie! De plus je pouvais les faire à la dimension que je voulais. Merveilleux!
Dans mon article Note à moi-même: mettre le sel je disais que j’allais faire des sacs à pain en lin et que j’en profiterais pour faire un couturiel que je publierais sur METH/Couture/Diy. Nous y voilà.

Après avoir lavé et séché sans assouplisseur, puis repassé mon lin, j’ai taillé deux rectangles de 15, 5 x 16, 5 po (39,5 x 42 cm).2016-18-9-23-20-43
Ensuite, j’ai pressé les côtés en rabattant à 1/4 po (6 mm) et le haut que j’ai plié une fois à 1/4 po (6mm), et une deuxième fois à un po (2, 5cm) le tout vers l’envers du tissu.2016-18-9-23-32-14
Pour éviter que les bords ne s’effilochent, j’ai surjeté les quatre côtés.2016-18-9-23-39-38
Après avoir fait un point de surjet, on prépare les coulisses. On pli une fois le haut à 1/4 po (6 mm), puis à 1 po sur l’envers. Ensuite, on pique à environ 1/8 po (3 mm). On répète les opérations sur l’autre rectangle.2016-18-9-23-34-58
À présent, on prend nos deux rectangles. On les pose endroit contre endroit. On assemble le sac à pain en cousant à 1/4 po (6 mm) en partant d’un côté de coulisse pour faire le tour pour arriver à l’autre coulisse.2016-18-9-23-44-37
J’ai fait quelques points à la main aux extrémités de l’ouverture du sac pour renforcer.2016-18-9-23-48-37
Dernière étape, passer la corde. J’ai mesuré une corde en coton de 36 po (91, 5 cm) de long que j’ai passé dans les coulisses, puis nouée solidement.2016-19-9-00-43-27Terminé!2016-18-9-23-56-21Mes bons pains au levain!

Si vous voulez, vous pouvez broder ou imprimer quelque chose sur votre sac avant de l’assembler. Pour ma part, j’ai décidé de décorer un de mes sacs après l’avoir terminé et ça n’a pas été difficile.
Je voulais offrir un sac à pain à O. qui boulange elle aussi. Mais je n’arrivais pas à décider comment j’allais décorer mon sac. Un soir, éclair de génie!

Un beau coeur en crazypatchwork. J’ai utilisé le template de Craft couture by T.C. parce que je n’avais jamais fait de crazy patchwork. J’ai décidé d’accompagner mon beau cœur d’une message brodé à la main. Une autre première fois!

2016-19-9-00-05-122016-19-9-00-02-24
Je lui ai offert son sac avec un bon pain au levain.
Quand elle m’a revue, plus tard, elle m’a demandé: -« C’est toi qui a fait le pain? On dirait un vrai pain de boulangerie! Et le cœur? C’est toi qui l’ai fait? » À propos de son sac, elle a si peur de le salir qu’elle m’a dit qu’elle n’allait pas s’en servir, mais le garder avec ses autres cadeaux textiles après avoir identifié la provenance. J’ai trouvé ça charmant.

À bientôt!

Petit tablier 2 en 1… Magie!

2016-05-7--22-51-52Vous le savez déjà, j’aime coudre des tabliers.  J’aime aussi coudre « du réversible ».  Je trouve les tabliers croisés dans le dos beaucoup plus confortables que ceux ayant une ganse qui passe autour du cou.  Cette ganse met une pression à la fois désagréable et inconfortable.  Autre avantage de ce modèle de tablier c’est qu’il n’y a rien à attacher.  On le passe au-dessus de la tête, puis les bras et on est en affaire.

Il y a environ deux ans, j’en avais fait un joli et masculin pour 3nager.  À cette époque on passait nos journées que tout les deux.  Nous faisions souvent des gâteaux, muffins et biscuits ensemble.  Il adorait ça.  Il aimait verser les ingrédients, mélanger  mais surtout goûter.2016-05-7--22-36-55Aujourd’hui, ce tablier est devenu un peu juste pour 3nager.  Mais il va bien à ma sauvageonne.  Ça m’a donné une idée.

Je trouve plus pratique qu’elle mette un tablier pendant les repas quand elle porte une robe.  Malheureusement, je ne trouvais plus le patron de ce tablier.  Mais, j’en avais trouvé d’autres, sur un site… japonais.  Je les avais imprimé et je les gardais précieusement dans ma bibliothèque.

Le patron est offert en trois tailles et est gratuit.  Normalement il est fait qu’avec une épaisseur de tissu.  Je ne sais pas si les valeurs de couture sont incluses.  Puisqu’on ne coud pas une robe de mariée, ce n’est pas très grave.  Mais j’ai pu lire un « 1 cm ».  Enfin, habituellement le tablier est fait d’une épaisseur de tissu et on pose un biais pour le contour.  À titre indicatif, ma fille mesure 35 5/8″ (90 cm) et la taille 100 – 110, lui va très bien.  Par goût, je l’ai allongé 1 1/2″ (3, 8 cm).

Et…  J’ai fait un tablier réversible!  Les combinaisons de tissus possibles sont nombreuses.  Coton/coton, coton/ratine, coton/pul, pul/pul…  Mais avant, vous devez imprimer votre patron.  Il se trouve sur le site japonais Nuimonotictac mameshibori.net.

2016-05-7--23-30-50J’ai coupé mes tissus comme indiqué par les traits rouge et bleu.  ON NE DÉCOUPE PAS LE PETIT RECTANGLE.  2016-05-7--21-43-09J’ai placé les tissus endroits contre endroits, de façon à ce que les côtés qui font les bretelles se croisent.  J’ai fait les coutures latérales à 3/8″ (1 cm).  J’ai ensuite pressé les coutures au fer.2016-05-7--21-54-51Tant qu’à presser mes couture latérales, j’en ai profité pour faire un rentré de 3/8″ (1 cm) sur le haut du tablier.  À présent, on ouvre les deux tabliers, on les pose ensemble endroit contre endroit.2016-05-7--21-52-59J’ai épinglé tout le tour.  Puis j’ai cousu à 1/4″ (6 mm) pour assembler mes deux tabliers ensemble.2016-05-7--21-58-29On part d’une extrémité, pour faire tout le tour et revenir de l’autre côté sans refermer le haut, comme sur la photo.  Après ce long tour, j’ai retourné mon ouvrage à l’endroit.  2016-05-7--22-07-39J’ai entré ma main par l’ouverture du haut, je suis allée chercher les bretelles et j’ai tout retourné.2016-05-7--22-09-23Voilà!

On a le choix de presser la couture au fer ou de faire un « finger press » au fur et à mesure qu’on fait la surpiqure à 1/8″ (3 mm).  J’ai choisi le finger press!2016-05-7--22-15-14Pour la surpiqure, j’ai décidé de la commencer à 1″ du bord de l’ouverture.  J’ai piqué tout le tour.

Est arrivé le moment d’attacher les bretelles au reste du tablier.  2016-05-7--22-24-24J’ai mesuré 5/8″ (1, 5cm) du bord de la bretelle.  Je l’ai inséré dans l’ouverture, puis j’ai épinglé.  Assurez-vous que les bretelles sont bien croisées au dos du tablier.

J’ai cousu comme si je continuais la surpiqure de la bretelle.  J’ai fermé l’ouverture en faisant une première couture à 1/8″ (3 mm) puis à 1/4″ (6 mm).2016-05-7--22-32-18Fini!

Tablier côté abeilles mignonnes2016-06-7--00-09-402016-06-7--00-08-28Tablier côté bulles de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel2016-06-7--00-05-522016-05-7--22-39-29

 L’avantage, je trouve, de coudre du réversible c’est ce que ça m’évite tout le travail de faire mon biais.  Ça me fait aussi un deux dans un ce que je ne dédaigne pas.

Puisque je ne lis pas le japonais et qu’on repassera pour la traduction avec Google, j’ai improvisé.  J’ai décidé d’assembler mes deux tabliers à 1/4″ (6 mm) parce que normalement on devrait mettre du biais.  J’ai pensé que 3/8″ (1 cm) allait donné des bretelles trop étroites.

Si une grandeur adulte vous tente, vous pourrez trouver un patron gratuit sur le site Japanese sewing books.com Je l’ai déjà utilisé pour me faire un tablier et c’est très bien.  Il faudrait que je mette des photos du mien pour que vous puissiez voir son look à la fois kitsch et vintage.

Comme à l’habitude pour toute question ou commentaire, ne vous gênez pas!

Marmaille 😉

***Mise à jour***

Pour voir une version du petit tablier réversible fait de chemises recyclées ainsi que mon propre tablier (non réversible celui-là) consultez ce billet.

Petits sacs à dos pour ma marmaille

2016-03-7--21-33-06

L’été, les vacances sont enfin arrivés.  Pour occuper ma marmaille durant une partie de la saison estivale, nous nous sommes inscrits à un camp de jour Parents-Enfants.  La programmation est adaptée aux enfants de zéro à cinq ans.  Du jardinage, de la cuisine, des piques-niques, des sorties autant en ville qu’à l’extérieur.  Threenager adore l’expérience.  Mon petit chat sauvage s’amuse également beaucoup.

Partir une journée avec des vêtements de rechange, les maillots, serviettes, couches, une couverture pour pique-niquer et les lunch, ça fait beaucoup.  J’ai décidé qu’il était temps que je responsabilise un peu 3nager.  Il est tout à fait capable d’amener son lunch ou sa serviette avec son maillot.  Il ne lui manquait qu’un sac à dos.  C’est tant mieux parce que j’ai encore plein de ces beaux cotons que madame C. m’a donné.

Aujourd’hui, j’ai fait deux sacs à dos réversibles.  Pas de boutons, ni de fermeture éclaire.  Une fermeture à coulisse.  2016-03-7--19-58-36Threenager était très enthousiaste quand il a choisi les tissus de son sac.  De beaux cotons à thème nautique.  Pour mon petit chat sauvage, j’ai choisi un tissu lilas à pois blancs et la fée Clochette.  Metal Ado est venu à mon secours en allant me procurer de la para-corde au magasin de surplus d’armée.

Êtes-vous prêts?  On commence!2016-03-7--20-00-43J’ai taillé mes pièces.  Le plus grand: 4 rectangles de 12″ x 15″ (30 x 38 cm), les 2 coulisses font 2″ x 13″ (4, 5 x 33 cm).  Les rectangles des 4 loupes font 2 3/4″ x 3 3/4″ (7 x 9, 5 cm).   J’ai coupé deux bouts de corde de 58″ (147 cm) chacun.  Pour le petit sac j’ai découpé 4 rectangles de 11″ x 14″ (28 x 36 cm).  J’ai coupé les coulisses en 2 rectangles de 2″ x 11″ (4, 5 x 28 cm).  Puis j’ai découpé 4 rectangles de 2 3/4  » x 3 3/4″ (7 x 9, 5 cm) pour les loupes.  J’ai utilisé deux bouts de corde de 52″ (132 cm) chacun.  Pour rendre mes tissus plus opaques et plus résistants je leur ai tous mis de l’entoilage thermocollant sur l’envers.2016-03-7--20-08-46

 J’ai pris les quatre rectangles de 2 3/4″ x 3 3/4″ (7 x 9, 5 cm) qui serviront à faire les loupes pour attacher ma corde au sac.  Je les ai plié en deux sur la longueur, puis, j’ai cousu au 1/4″ (6 mm).  Je les ai retourné, puis je les ai pressé au fer.2016-03-7--20-11-37J’ai pris le tissu qui sera l’extérieur de mon sac.  Après avoir déterminé le haut et le bas des rectangles qui sont le corps du sac, j’ai plié le tube en deux, je l’ai aligné avec le bord vif, endroit contre endroit, en prenant soin de le mettre à 3/4″ (1, 9 cm) de la base du sac, puis j’ai cousu au 1/4″ (6 mm).  J’ai fait la même chose de l’autre côté.2016-03-7--20-15-41J’ai posé mes deux rectangles endroit contre endroit, puis je les ai assemblé.  J’ai cousu sur trois côtés à 3/8″ (10 mm), en laissant le haut ouvert.  J’ai retourné mon ouvrage sur l’endroit.  Je l’ai mis de côté.2016-03-7--20-21-40Pour faire les coulisses, j’ai pris mes rectangles qui font 2″ x 13″ (4, 5 x 33 cm).  J’ai plié une première fois chaque bout de 1/2″ (12 mm), puis une deuxième fois encore à 1/2″ (12 mm), puis j’ai cousu.2016-03-7--20-34-37Pour poser ma coulisse bien centrée, j’ai plié mon rectangle du tissu qui sera l’intérieur de mon sac en deux.  J’ai plié mon rectangle en deux et j’ai aligné les plis ensemble.  On peut mettre une épingle pour marquer l’endroit.  Ensuite, j’ai déplié, puis posé mes tissus endroit contre endroit, sur le bord.  J’ai plié le rectangle de la coulisse en deux sur toute sa longueur, puis j’ai épinglé.  J’ai cousu au 1/4″ (6mm).  J’ai répété les mêmes étapes pour l’autre coulisse sur l’autre morceau de tissu intérieur.  J’ai également posé les deux dernières loupes, comme je l’ai expliqué précédemment.2016-03-7--20-43-50J’ai assemblé le sac intérieur en posant mes pièces endroit contre endroit, puis j’ai cousu sur trois côtés, à 3/8″ (10 mm).  J’ai retourné mon ouvrage sur l’endroit.2016-03-7--20-50-44

À présent, j’ai pris le sac qui sera l’extérieur et je l’ai tourné à l’envers.  J’ai pris le sac intérieur et je l’ai mis dedans.  Ils doivent être endroits contre endroits.  J’ai aligné le bord vif avec la couture de la coulisse, j’ai épinglé tout le tour, puis j’ai cousu.  J’ai pris soin de laisser une ouverture d’environ 3″ (8 cm).2016-03-7--20-53-46En passant ma main par l’ouverture, j’ai fait sortir la doublure, puis retourné le tissus extérieur sur l’endroit.  J’ai placé mes épaisseurs de tissus une dans l’autre comme elles doivent aller.  Puis, j’ai refermé l’ouverture en faisant une surpiqure tout le tour.2016-03-7--20-57-54Dernière étape, passer la corde.  On passe la première corde dans les 2 coulisses.  On passe la deuxième corde dans les deux coulisses, mais dans le sens inverse.  On passe un bout dans la loupe, on noue.  Puis l’autre loupe.  Pour fermer le sac y a qu’à tirer sur le cordes.2016-03-7--21-08-15Voilà!  Un beau sac à dos réversible pour 3nager!  Il était super content quand je lui ai donné.2016-03-7--21-26-33Tout de suite après, j’en ai fait un pour mon petit chat sauvage qui était plus « grumpy cat« …

Pour rendre le sac réversible, on a qu’à détacher les cordes des loupes.  Retourner le sac, puis attacher les cordes aux loupes.

2016-03-7--21-28-57J’espère que mes explications sont claires.  Je sais que mon billet est long, mais je voulais détailler et imager le plus possible.  Si vous le faites, vous verrez ce n’est ni long, ni difficile à faire.  De plus, vous pouvez l’agrandir ou le rapetisser selon vos besoins.  Vous pouvez le faire en recyclant un devant de salopette, une chemise, des jeans.  Ou payez vous la traite et achetez vous de beaux tissus.

Si vous avez des questions ou des commentaires, n’hésitez pas à m’écrire.  J’aimerais aussi voir vos créations!

À bientôt!

Marmaille 😉

Quilt pox

quiltpoxQuelle belle maladie que le « quilt pox »!  On l’attrape et heureusement c’est incurable.

J’ai toujours aimé les patchworks, les courtepointes et différents quilts.  Ils sont indémodables, traversent le temps, les époques en traînant avec eux des souvenirs qu’on chéri pour toujours.  Qu’il soit simple ou travail d’artiste un quilt fait à la main par quelqu’un d’important pour nous est un cadeau immense qui pourra être légué à la génération suivante.  Ça me fait penser à ce vieux crazy quilt de 1917 que j’avais vu à la maison de campagne de tante D.  Il était encadré et bien exposé.  Assemblé et brodé à la main par l’arrière-grand-mère de son mari.  C’était de toute beauté.

En été 2011, alors enceinte de Threenager, je cherchais un ensemble de literie pour son petit lit.  Je ne trouvais rien à mon goût.  Des imprimés d’animaux fades que je trouvais beaucoup trop féminins.  J’allais avoir un garçon.  Je voulais quelque chose de coloré, peut-être un peu flyé.  Tout ce que je voyais était monotone.  Quand j’ai trouvé un ensemble qui me plaisait, il était hors de prix.

J’ai eu l’idée folle de faire une courtepointe pour mon bébé qui devait naître en automne.  Je dis idée folle parce qu’à ce moment, je ne savais pas vraiment coudre.  Mais, j’avais quelqu’un pour m’apprendre.  Elle n’a pas été difficile à convaincre, croyez-moi.

Avec Metal Ado et ma belle-mère, je suis partie à la conquête des tissus.  On a créé notre patron.  Coupé nos pièces et j’ai passé des journées entières à assembler parfaitement mes morceaux.  Ma prof était sévère!  Les coins de rencontre devaient être bien alignés.

J’avais choisi de donner un thème.  Les pirates.  Pour ceux qui ne savent pas, broder même à la machine, c’est long!  Vous seriez surpris.

Est arrivée l’étape du quilting.  Puisque j’étais une novice insécure j’ai opté pour le « stitch in the ditch ».  C’est là que j’ai découvert que même une machine à coudre dite « Quilter’s compagnion » ne l’est pas vraiment.  Le bras n’est ni assez haut, ni assez long.  Aucune marque ne fait un modèle vraiment « quilter friendly ».  Il faut tout rouler et squeezer la courtepointe pour qu’elle passe sous le bras pour pouvoir bien pîquer.  Un peu frustrant par moment.

Quand j’ai terminé la courtepointe de Threenager j’étais non seulement contente, mais j’étais fière d’avoir porter mon projet à bouts de bras et de l’avoir achevé.IMAG0772-1Le temps a passé.  J’ai été enceinte de mon petit chat sauvage.  J’ai confectionné plein de petites choses pour elle pendant ma grossesse, mais je n’avais pas le cœur de m’embarquer dans un projet aussi prenant.  Parce que voyez-vous je-dois-absolument-le-finir-tout-de-suite.  Je suis incapable de laisser un travail de couture en plan pendant un temps indéterminé.  Je le commence, je le termine.  Vite!

Mais le quilt est une maladie incurable.  J’ai décidé que chacun de mes enfants devait avoir sa courtepointe.  Décision complètement irrationnelle, mais c’est comme ça.  Par contre, je n’avais pas le courage de faire un patron complet encore.  Je voulais du tout cuit dans la bec.  Un modèle simple et rapide à faire, quelque chose qui offrait bien des possibilités.

J’ai trouvé mon bonheur avec le « Strip Tango Quilt » de My quilt infatuation.  Couper de grands rectangles de 4,5″ x 20,5″ et les assembler selon le schéma pour finir avec une courtepointe de 48″ x 60″.  Fastoche!  Avec la vielle machine à coudre de tante L. ça allait se faire en un après-midi.

J’ai choisi deux cotons que j’avais acheté chez A. C. Textiles et  les autres viennent de chez Tonitex.

J’ai demandé à ma belle-mère si elle voulait participer en faisant quelques broderies et l’étiquette de la courtepointe, ce qu’elle ne pouvait vraiment pas refuser!

J’ai terminé la courtepointe de mon petit chat sauvage hier soir.  J’étais très satisfaite de mon travail.IMAG0760-1Un beau mélange de cotons imprimés.  Un peu de rose, mais pas trop.  Des bleus, des aquas. IMAG0761 [147724]-1Pour l’endos j’ai choisi le tissu Liberty of London que tante D. m’avait donné quand on nous a confirmé que nous aurions une fille.

Après quelques tergiversations, j’ai eu un coup de cœur pour une broderie de la collection « Feline Faeries » de  Laurel Burch unnamed1Pouvais-je trouver plus approprié pour mon petit chat sauvage?  C’est là que j’ai découvert Laurel Burch, artiste américaine, aujourd’hui décédée.  Ma belle-mère avait cette collection de broderies qu’elle n’avait même jamais utilisé.

La courtepointe est trop grande pour le mini lit de notre petit chat sauvage.  Je dois la plier en deux.  Son lit a l’air bien plus douillet ainsi.IMAG0775-1De deux!  En attendant la prochaine qui sera pour Metal Ado.IMAG0774-1Parce que ne dit-on pas:

Celui qui dort sous une courtepointe est réconforté par l'amour.

Celui qui dort sous une courtepointe est réconforté par l’amour.

Une douce vérité cette citation.

Quelques notes:

Vous trouverez de beaux cotons imprimés chez A. C. textiles sur la rue St-Hubert (7930 rue St-Hubert).  Une toute petite boutique tenue par un sympathique couple âgé.  Ils ont de belles surprises.

Sans oublier Tonitex au 9630 boul. St-Laurent.  C’est aussi là qu’on trouve le Warm and comfort au mètre, au meilleur prix!

Vous, enveloppez-vous ceux que vous aimez de votre amour pour qu’ils dorment bien?

Marmaille 😉

À bientôt, pour la couture d’Halloween!

 

 

Enregistrer

Tablier de Récolte: Couturiel & Patron Gratuit

Je ne sais pas pourquoi, mais j’adore coudre des tabliers.  Qu’ils soient pour adulte ou enfant, j’aime ça.  Peut-être parce qu’ils me rappellent ma grand-mère qui en portait toujours un… Ou parce que ça peut être un cadeau très utile à celui qui le reçoit.  Je m’en suis fait un il y a un bout de temps et je le mets chaque fois que je joue avec la farine.  Si non, je me retrouve avec des fesses blanches.

Septembre amène le début des récoltes.  Quel sens du timing j’ai!  C’est le meilleur moment de m’y mettre et de céder à la tentation.  Samedi, jour de pluie.  C’est aujourd’hui que je confectionne ce merveilleux tablier de récolte.

How-to-Sew-a-Basket-Apron-Vintage-Crafts-and-More-657x1024

Article du USDA bulletin destiné aux femmes d’agriculteurs.

Quand j’ai vu ce patron de 1944, je me devais de le faire.  Mais je ne cueille mes légumes qu’au super marché.  Ah!  Ah!  par chance je connais quelqu’un qui a un petit jardin.  Alors, je l’ai fait pour elle.  Je voulais un contraste de couleurs. J’ai fouillé dans mes tissus et j’ai trouvé un petit carreauté rouge et blanc et un denim léger.  Mon homme a gentiment fait un détour chez le cordonnier, après le boulot  pour m’acheter des lacets plats en coton blancs de 36″ (91 cm).

J’ai trouvé le patron gratuit sur the sewing happy place. J’ai imprimé la photo, coupé un grand morceau d’entoilage et j’ai compté tous les petits carrés du patron à recopier. J’ai rapporté mes mesures sur l’entoilage, puis dessiné le patron. C’était fait.
Suite à une demande de lectrice (Bonjour Droups!) je me suis dit qu’il était grand temps que je le mette en ligne ce patron gratuit!
Une note le patron N’EST QUE POUR LA JUPE DU TABLIER. Vous devrez dessiner votre ceinture selon vos mensurations + une longueur suffisante pour le nouer dans votre dos.
Infos patron: téléchargez-le dans Adobe. Imprimez-le en taille réelle. Vérifier la ligne de mesure de 2″ (5 cm).
Le patron:  Tablier_Récolte
Placez les feuilles côtes-à-côtes et collez-les ensemble. Elles ne doivent pas se chevaucher. Découpez votre patron et rapportez-le sur votre tissu pour le tailler.

Honte à moi, je n’ai pas coupé mes pièces de tissus dans le biais. Parce que je n’en avais pas assez. Alors j’ai fait comme j’ai pu. Les instructions étaient assez vagues, incomplètes en fait. J’ai redessiné la ceinture du tablier. Je voulais qu’elle couvre le haut de la jupe du tablier. Autrement les liens pour attacher étaient un peu courts à mon goût. Je n’ai pas tout cousu à 1/2″ (12,5 mm).  C’est en faisant le tablier que j’ai établi les valeurs de couture.  Je devais improviser, vu le manque d’explications.
Puis, à la fin, je n’aimais pas le tenue du tablier remonté en panier. J’ai alors décidé d’y ajouter un élastique. Ça donne non seulement une plus belle tenue, mais aussi un beau froncé partout.

En le faisant, j’ai pris des photos des différentes étapes afin de publier ce couturiel. J’espère que mes explications seront claires et que les photos même si certaines sont bizarrement floues vous aideront vraiment.

Pour commencer, coupez vos tissusIMAG0610
IMAG0611
À l’aide d’épingles, j’ai marqué les centres de la jupe et de la ceinture.  Ce sera plus facile ensuite pour aligner la ceinture et la jupe pour les assembler.

J’ai commencé par coudre mes deux pièces de tissu pour la ceinture, endroit contre endroit à 1/2″ (12,5 cm) dans le sens des flèches sur la photoIMAG0616On ne coud pas le milieu de la partie la plus large, le bas.
Coupez des crans aux angles, puis retournez à l’endroit.
J’ai pris un carton sur lequel j’ai marqué une ligne à 1/2″ (12,5 mm) qui m’a servi de guide pour repasser vers l’intérieur le côté ouvert de la ceinture.IMAG0617IMAG0618
Mettez ensuite la ceinture de côté.

Sur le tissu qui sera le dessus, ou l’avant si vous préférez, faites quatre boutonnières aux emplacements indiqués par le patron.  Pour la bonne grandeur de boutonnière, utilisez un bouton de la même largeur que votre lacet.IMAG0619IMAG0620Ensuite, placez vos deux épaisseurs de tissus endroit contre endroit et épinglez tout le tour.IMAG0621Je m’excuse, la photo est floue.  Mais on peut bien voir mes têtes d’épingles.  Cousez tout le tour de la jupe à 3/8″ (10 mm) sauf le haut, où nous assemblerons la ceinture plus tard.IMAG0622Puis, retournez votre ouvrage sur l’endroit.  Épinglez tout le tour encore.  Même le haut.IMAG0623Pour créer la coulisse des lacets, faites une couture à 5/8″ (15 mm) du bord.  Vous pouvez même passer sur le haut, à cette étape, ça ne dérange pas.  Vous pouvez aussi faire des carrés au dessus des œillets à lacets, comme je m’apprêtais à le faire ici.  IMAG0624IMAG0631La coulisse faite, on s’attaque à la pose de la ceinture du tablier.  Alignez les centres de la jupe et de la ceinture.  Puis entrez la jupe entre les épaisseurs de la ceinture.IMAG0633 IMAG0634IMAG0635Rabattez par-dessus et épinglez.  Vérifiez aussi l’arrière pour vous assurer que tout est bien placé.IMAG0636Cousez la ceinture à la jupe en faisant une surpiqure qui fait tout son contour, à 1/4″ (6 mm).IMAG0637Faufilez vos lacets.  Aidez-vous d’une épingle de sûreté au besoin.  Pour éviter qu’il ne glisse dans la coulisse, faites une loupe avec un nœud.IMAG0638Votre tablier est fini.  MAIS…  Je n’aimais pas le résultat.  Enfin je n’aimais la tenue du panier quand je remontais le tablier en panier et que je bouclais mes lacets.  Alors, j’ai décidé de passer un bout d’élastique de 11, 5″ (29 cm) entre les deux œillets du bas.  Pour ce faire, faufilez votre élastique.  Épinglez les deux extrémités sans les lâcher, si non vous devrez faufiler de nouveau.  Puis cousez l’élastique aux deux bouts pour bien le maintenir en place.IMAG0644IMAG0646La confection du tablier est terminée!IMAG0648IMAG0649En essayage.  Sur moi en l’occurrence.

Tablier de récolte toute en longueur.

Tablier de récolte toute en longueur.

Une ceinture très grande. Il convient ainsi à plusieurs physionomies différentes.

Une ceinture très grande. Il convient ainsi à plusieurs physionomies différentes.

Je suis assez fière de mon travail.  Je me suis bien débrouillée.  Je m’épate!  😉

Vous aimez mon patron?  Merci!  Vous voulez le partager?  S.V.P. PARTAGER L’ADRESSE DE L’ARTICLE À LA PLACE DE L’URL DU PDF.  MERCI!

Marmaille 😉

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer