De mamie, faite par maman.

Courtepointe en flanelle, pour ma sauvageonne, de mamie, faite par maman.  Granny hugs quilt, 21 janvier 2017.

 Octobre 2015.  J’étais allée chez mamie pour qu’elle fasse des broderies sur la courtepointe de ma sauvageonne. Dans son atelier, sur une haute pile de tissus, se trouvait un assortiment de flanelles. Des flanelles douces, coordonnées. Mamie aime acheter les collections de tissus coordonnés. Tout est agencé, on a pas à se casser la tête pour faire des mix and match. Elle m’a offert les tissus à une condition; elle voulait que j’en fasse une courtepointe pour notre sauvageonne. J’ai accepté tout de suite d’accéder à sa requête.

Août 2016. Je cherchais du tissu pour un projet de couture quand je suis tombé sur l’assortiment de flanelles. Je n’avais pas encore fait la courtepointe. Pour une raison ou une autre, mon projet était resté en plan. J’avais assez perdu de temps comme ça. J’ai lavé tout le lot et je me suis mis à la recherche d’idées. J’ai trouvé un modèle simple, intéressant et très rapide à faire; le Quick triangles baby quilt de Lindsay Connor du site Craft Buds.
Grâce à son tutoriel, j’ai appris comment faire huit carrés formés de 16 (HST: half square triangles) triangles rectangles d’un coup. De la productivité optimisée. Une technique de patchwork très instructive. Le travail s’en trouve facilité et rapide. En un rien de temps, j’ai pu faire tous mes carrés, puis les disposer selon mon envie.
En moins d’un après-midi, tout le devant de la courtepointe était assemblé. Mais…  J’ai dû mettre mon projet de côté, parce que je n’avais pas assez de batting.

Janvier 2017. J’ai terminé la courtepointe de Metal Ado de laquelle il m’est resté des retailles de batting. Sur le coup de l’impulsion, hier après-midi, j’ai décidé que je devais achever la courtepointe une fois pour toute. Mon projet avait assez traîné en longueur. Tout allait bien…  Quand tout à coup, ma machine à coudre s’est mis à sauter des points. Ah non!  Pfff!  C’était bien le moment de faire des siennes à cette machine!  Qu’est-ce qu’il pouvait y avoir de pas correct?  Ah bon, je vois…  Je n’avais pas d’aiguilles à quilter.  Pourquoi?  Les raisons sont simples.  Je n’en trouve pas dans mon coin.  Je ne pense jamais d’en commander sur Internet.  Du coup, je fais avec ce que j’ai.  Par conséquent j’ai passé une partie la soirée à jurer comme ce perroquet

Quilter’s parrot, The Big Book of Bobbins: fun quilty cartoons Julia Icenogle.

J’ai persévéré et terminé la courtepointe au beau milieu de la nuit dernière.  La machine à la vitesse minimale… Ça va pout, pout, pout! Comme un vieux bazou.  Après avoir dormi quelques heures j’ai vite mis la courtepointe à laver pour voir le produit fini.  J’aime l’aspect fripé, usé que ça donne aux courtepointes.  J’avais hâte de pouvoir la photographier à son meilleur.

Zoom quilting vue du dos

Zoom quilting vue du devant

Roulement de tambours…  Le dos tout quilté de la courtepointe.

Le devant.  Tadam!

Après la séance photo, j’ai donné la courtepointe à sa destinataire.  Ma sauvageonne.  Elle l’a tout de suite adopté.  Parce qu’elle la trouve belle et douce.  Elle m’a demandé de lui mettre sur les épaules, s’y frottait le nez.  Au bout d’un moment elle m’a demandé si elle allait pouvoir dormir avec ce soir.  Ma réponse positive l’a ravie.  Elle a enchaîné en me demandant de poser sa courtepointe sur son lit, ce que j’ai fait avec plaisir.  C’était très attendrissant de la voir aller se coucher sur sa courtepointe et s’y lover.

Enregistrer Au coucher ce soir, elle s’est assurée d’avoir sa courtepointe dans son lit.

Mamie,
Ca été un plaisir pour moi de travailler avec ces belles flanelles pour toi. J’espère que tu trouveras que la longue attente en aura valu le coup. Le nom de la courtepointe est venu naturellement, et ne pourrait être plus approprié. Qu’en penses-tu?
Bisous xxx

À bientôt!
Marmaille 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Doux et chaud le tartan!

imag1246Il ne reste qu’une semaine au mois d’octobre et le froid s’installe déjà.  Lorsque l’automne nous prépare à l’hiver, on cherche inévitablement la chaleur.  Parce qu’il faut le dire; y fait frette!  Les températures qui avoisinent le 0 °C, nous forcent à nous habiller plus chaudement.

Fort probablement à cause de la série Outlander – Le chardon et le tartan, les blanket scarf,  ces grandes écharpes aux motifs de tartans sont très à la mode.  On en voit partout!  Elles sont belles ces écharpes.  Elles ont l’air chaudes et confortables.  Des cocons à porter autour du cou.

Vu la frénésie pour ces beaux plaids, les boutiques nous attendent de pied ferme.  Elles ne sont tout de même pas données surtout quand on s’aperçoit qu’elles sont faites d’acrylique, ou de polyester.  J’ai horreur de payer pour un vêtement que je pourrais faire moi-même avec une étoffe de meilleure qualité pour un moindre coût.  Donc, je n’ai pas succombé à la tentation.

Aujourd’hui, j’ai profité de mon après-midi sans marmaille pour aller acheter des tissus pour un projet de couture que je vous dévoilerai prochainement.  J’aime faire le tour des magasins de tissus, toucher les étoffes, découvrir des trésors cachés.  Mon expédition plus tôt en journée ne fait pas exception.

En entrant chez Goodman, sur la rue St-Hubert, les étoffes en laines étaient les vedettes.  Elles étaient belles, mais pas de coup de cœur.  Je m’enfonce plus loin  dans cette caverne d’alibaba et je tombe sur un beau tartan complètement différent des autres.  Coup de foudre instantané!  Croyez-moi, l’objet de ma convoitise avait beau être juché haut, j’ai trouvé un moyen pour me l’approprier.imag1236Un beau plaid en laine qui deviendra une écharpe couverture aussi belle que chaude.imag1237Du rouge, du bleu, du rose.  Totalement différent de ce que les fashionistas en herbe portent.  Parfait!  Mais combien je devais faire couper pour mon projet?  La gentille dame m’a conseillé un mètre et demi.  Le plaid fait 60 po (1, 53 m) de large.  C’est un avantage par rapport à la flanelle qui  est plus étroite avec ces 42 po (106 cm).  J’aurai donc un très grand carré.

La plus part des tutoriels que j’ai lu après mon achat traitaient des blanket scarf faites de flanelle.  Les blogueuses recommandaient en moyenne deux verges et demi (2, 30 m) de tissus.  Mon plaid est plus large et la laine est plus épaisse que la flanelle.  Ce sont des facteurs important à considérer.

Confectionner une écharpe couverture est très facile.  Avant toute chose, on ne touche pas les lisières.  Par contre, on taille dans le sens de la trame,  bien droit, le haut et le bas.  Guidez-vous à l’aide des lignes du motif de votre plaid.  Vous aurez un carré de 60 x 60 po (1, 50 m x 1, 50 m)pageDans ce cas-ci ce n’était pas une étape superflue.  C’était croche sans bons sens.

Avant d’effilocher un peu mon tissu pour la finition, j’ai fait une couture au point zig zag en trois étapes sur les bords vifs de mon plaid, d’une lisière à l’autre.  Certaines recommandaient d’utiliser un colle à tissu du genre Fray stop, mais je ne suis pas fan de ce genre de produit, ni de son application.catsLe but de ces deux coutures est d’éviter que toute l’écharpe ne s’effiloche.  Ce sera un effilochage contrôlé.  J’allais oublier: faites un point d’arrêt au début et à la fin de chacune des coutures!

Pour la finition, on prend un découvit ou une épingle droite et on tire sur les fils de trames jusqu’à la couture.cats1C’est une tâche assez rapide à faire.  Travaillez sur l’envers du tissu, vous verrez mieux les fils à détacher.

Terminé!imag1247L’écharpe couverture en laine est très grande.  Elle peut se porter autour du cou en foulard, sur les épaules comme un châle, sur la tête à la manière d’un voile…  ses utilisations sont presque infinies.

Si on parle de coût, je vous dirai qu’en aucun cas, vous n’aurez une écharpe couverture en laine de cette qualité pour moins de 30$ en magasin.  Ce que j’y ai vu est fait de tissus synthétiques et se vend entre 20 et 30$.  Alors qu’une écharpe en laine comme celle-ci coûte au bas mot 65$, voir plus.  Encore là, elle sera moins grande.  Pour le prix du synthétique vendu en magasin vous pouvez avoir de la fibre naturelle.  Si vous optiez pour de la flanelle, qui est en fait du coton, autre fibre naturelle, le prix serait encore moindre.

Finalement, j’aime beaucoup mon gros foulard en tartan.  Il est unique.  Il est chaud et confortable.  Je pourrai encore le porter quand les plaids seront redevenus out.  Mais ça revient toujours.  En fait ça ne se démode jamais!  Pour moi, la preuve est faite, matière naturelle et fait main sont gages de qualité et d’économie.

J’espère que les explications de mon couturiel sont claires et que vous aussi porterez fièrement votre écharpe les jours de grands froids.  Je vous laisse, Jamie Fraser m’attend dans mon plaid.  Bye-bye Claire!

À bientôt!

Marmaille 😉