Tricoter est un baume pour l’âme.

Les arts textiles m’ont toujours attirés. Que ce soit la confection de vêtements, la broderie, les courtepointes, le tricotin, le tissage ou le tricot. Ce n’était pas présent chez nous. Je ne sais pas d’où me vient cette curiosité. J’ai toujours trouvé dommage de n’avoir personne pour étancher ma soif dans ce domaine.

J’ai fini par rencontrer mon homme… Bonus, sa mère sait tout ça. Elle coud.  Pour elle la confection des vêtements n’a pas de secret. Dailleurs son atelier de couture est une vraie caverne d’Alibaba. Elle sait broder, même si ce n’est pas exactement ce qu’elle préfère, sauf à la machine. Le tricot est également un domaine où elle excelle.

Mon intérêt pour la couture l’a ravie. Enfin de la relève! Je ne demandais qu’à apprendre. Elle m’a donné l’élan dont j’avais besoin. Depuis, je me débrouille, sans être une pro. Il arrive encore souvent que je fasse appel à elle quand je veux entreprendre un projet de couture pour lequel je ne maîtrise pas tout.

Mamie tricote aussi! Lentement , mais sûrement. Son amour du tricot est né lorsqu’elle était enceinte de mon homme. Elle voulait que son bébé ait une belle layette. Armée de son désire d’apprendre, de sa patience et de toute sa volonté elle est allée prendre des cours de tricot. Elle n’a plus jamais lâché ses aiguilles à tricoter depuis quarante ans.

Mamie nous a tricoté de belles choses. Un petit cardigan et un pull pirate pour 3nager. Des bas souris pour mon petit chat sauvage. Des bas pour toute la famille. Voir défiler tous ces ouvrages patiemment tricotés a fait vibrer ma corde sensible… je voulais apprendre à tricoter. Ce qui a motivé cette envie irrépressible d’apprendre à tricoter était mon désir de faire un poncho pour mon petit chat sauvage… et les groupes de tricots auxquels j’ai adhéré sur Fessebouc. Franchement, comment peut-on rester de marbre devant tant de beaux ouvrages? Je ne connais personne qui n’aime pas les tricots, peu importe la fibre.

J’avais déjà appris il y a plusieurs années. Malgré mes bonnes intentions l’expérience s’est avérée difficile et frustrante. Je tricotais très serré. Je finissais avec des douleurs aux épaules. J’accumulais les erreurs. Je trouvais cela très long. Bref, je n’étais pas rendue là dans ma vie. Je m’étais retournée vers le tricotin en guise de consolation, mais je n’étais jamais totalement satisfaite de l’ouvrage que ça donnait. J’ai laissé tomber.

En septembre dernier, j’ai planifié une soirée tricot-vino avec mamie. Avant de se rafraîchir le gosier, on s’est payé une séance de magasinage à la boutique de laine. J’ai adoré mon expérience de magasinage et c’est devenu mon spot.

Contente de partager son savoir, forte de ses talents d’enseignante, mamie s’est installée avec moi et une coupe de vin pour me donner mon premier cours de tricot. J’ai eu un déclic! Mais un instant! Je ne dis pas que tout a été facile! J’ai buté un peu sur le nœud coulant et le montage des mailles au début. Un coup ces obstacles passés j’enfilais des mailles régulières sur mes aiguilles. Mon échantillon était régulier et souple. Rien à voir avec ce que j’avais fait des années auparavant. Sans vouloir me vanter, mamie était impressionnée! On l’était toute les deux à vrai dire. J’étais très surprise de mon aisance.

Je suis assez bonne pour enchaîner les mailles une à la suite de l’autre, mais j’ai encore bien des choses à apprendre. J’ai déjà eu à défaire des rangs entiers pour corriger des erreurs. Ça été long et pénible. Jusqu’à ce que cette semaine, je vois mamie opérer mon tricot à cœur ouvert. J’étais complètement ébahie! Ça avait l’air compliqué , alors que c’était assez simple. Je ne sais pas rattraper les mailles perdues non plus. Mais bon, mon ignorance de ces techniques ne m’a pas empêché de terminer de tricoter mes pièces pour le poncho. Il reste à les bloquer, rentrer les fils et assembler le tout.


J’ai tricoté un foulard, qui doit être bloqué. J’en tricote un autre pour Metal Ado. Je pourrai bientôt, je l’espère, commencer mon shrug. Le tricot me fascine. C’est fou quand on pense que c’est en tricotant un fil qui n’est pas élastique du tout qu’on arrive à faire un vêtement souple et qui a de l’élasticité. Toutes ces textures différentes d’une fibre à une autre, d’un mélange de fibres à un autre. Les textures créées par les points choisis. Comme je le dis souvent c’est tout un monde qui s’ouvre à nous.
J’explore également les outils de travail. Surtout les aiguilles. J’ai commencé avec des aiguilles en bois aussi belles que des bijoux. J’ai essayé des aiguilles hyper techno et d’autres métalliques plaquées au nickel. J’ai finalement jeté mon dévolu sur les aiguilles circulaires interchangeables en acier de ChiaoGoo.
Il faut aussi dire la vérité. On ne tricote pas pour économiser de l’argent. Le tricot est devenu un loisir somme toute assez dispendieux. Les bonnes laines coûtent chères. Les bonnes aiguilles à tricoter valent leur pesant d’or. Par contre, le fait main n’a pas de prix. La qualité est au rendez-vous. Le tricot, c’est se faire un cadeau.

Apprendre à tricoter c’est se faire transmettre un leg, un héritage. Vu le monde dans lequel nous vivons je crois que c’est un plus. On apprend à se déstresser, à se déconnecter de la vie effrénée dans laquelle on se laisse prendre. On met du temps, de l’amour et de l’énergie à fabriquer quelque chose. On fait revivre une art millénaire. Nous tricotons depuis 1200 ans. Autant les hommes que les femmes. Alors voir des hommes se tricoter une paire de bas n’a rien de nouveau, ils l’ont toujours fait.C’est peut-être marginal de nos jours, mais ce n’est pas une nouveauté dans les mœurs.

Je tricote donc presque à tous les jours depuis la fin du mois de septembre. J’ai eu la piqure. Mamie a créé un monstre. Mettre mon ouvrage de côté me coûte toujours. D’après des études, le tricot aurait les mêmes effets sur le cerveau qu’une séance de yoga. On ne dit pas : -« Mains actives, esprit serein » pour rien. Personnellement, j’ai observé que depuis que je tricote, je me sens moins anxieuse et je dors mieux. Je passe moins de temps devant un écran. Je trouve motivant de voir mon tricot monter, prendre forme sous mes yeux et mes mains. Ça a quelque chose de gratifiant. Dès que je le peux, je prends mes aiguilles et je les fait cliqueter. J’amène mon sac Tricot sur le go! partout avec moi. Tricoter a un effet calmant, apaisant, méditatif. C’est un moment d’arrêt. Un baume pour l’âme.

Même si mon savoir est rudimentaire dans ce domaine, j’en profite pleinement. Contrairement à ce que je pensais, je n’ai pas encore eu de commentaire du genre « le tricot c’est pour les mémés ». Non, les gens que j’ai croisé trouvent ça beau et intrigant. Un peu comme un tour de magie. En tout cas, c’est bien plus qu’un skill post apocalyptique! 😉

À bientôt! 😉

Marmaille

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

De mamie, faite par maman.

Courtepointe en flanelle, pour ma sauvageonne, de mamie, faite par maman.  Granny hugs quilt, 21 janvier 2017.

 Octobre 2015.  J’étais allée chez mamie pour qu’elle fasse des broderies sur la courtepointe de ma sauvageonne. Dans son atelier, sur une haute pile de tissus, se trouvait un assortiment de flanelles. Des flanelles douces, coordonnées. Mamie aime acheter les collections de tissus coordonnés. Tout est agencé, on a pas à se casser la tête pour faire des mix and match. Elle m’a offert les tissus à une condition; elle voulait que j’en fasse une courtepointe pour notre sauvageonne. J’ai accepté tout de suite d’accéder à sa requête.

Août 2016. Je cherchais du tissu pour un projet de couture quand je suis tombé sur l’assortiment de flanelles. Je n’avais pas encore fait la courtepointe. Pour une raison ou une autre, mon projet était resté en plan. J’avais assez perdu de temps comme ça. J’ai lavé tout le lot et je me suis mis à la recherche d’idées. J’ai trouvé un modèle simple, intéressant et très rapide à faire; le Quick triangles baby quilt de Lindsay Connor du site Craft Buds.
Grâce à son tutoriel, j’ai appris comment faire huit carrés formés de 16 (HST: half square triangles) triangles rectangles d’un coup. De la productivité optimisée. Une technique de patchwork très instructive. Le travail s’en trouve facilité et rapide. En un rien de temps, j’ai pu faire tous mes carrés, puis les disposer selon mon envie.
En moins d’un après-midi, tout le devant de la courtepointe était assemblé. Mais…  J’ai dû mettre mon projet de côté, parce que je n’avais pas assez de batting.

Janvier 2017. J’ai terminé la courtepointe de Metal Ado de laquelle il m’est resté des retailles de batting. Sur le coup de l’impulsion, hier après-midi, j’ai décidé que je devais achever la courtepointe une fois pour toute. Mon projet avait assez traîné en longueur. Tout allait bien…  Quand tout à coup, ma machine à coudre s’est mis à sauter des points. Ah non!  Pfff!  C’était bien le moment de faire des siennes à cette machine!  Qu’est-ce qu’il pouvait y avoir de pas correct?  Ah bon, je vois…  Je n’avais pas d’aiguilles à quilter.  Pourquoi?  Les raisons sont simples.  Je n’en trouve pas dans mon coin.  Je ne pense jamais d’en commander sur Internet.  Du coup, je fais avec ce que j’ai.  Par conséquent j’ai passé une partie la soirée à jurer comme ce perroquet

Quilter’s parrot, The Big Book of Bobbins: fun quilty cartoons Julia Icenogle.

J’ai persévéré et terminé la courtepointe au beau milieu de la nuit dernière.  La machine à la vitesse minimale… Ça va pout, pout, pout! Comme un vieux bazou.  Après avoir dormi quelques heures j’ai vite mis la courtepointe à laver pour voir le produit fini.  J’aime l’aspect fripé, usé que ça donne aux courtepointes.  J’avais hâte de pouvoir la photographier à son meilleur.

Zoom quilting vue du dos

Zoom quilting vue du devant

Roulement de tambours…  Le dos tout quilté de la courtepointe.

Le devant.  Tadam!

Après la séance photo, j’ai donné la courtepointe à sa destinataire.  Ma sauvageonne.  Elle l’a tout de suite adopté.  Parce qu’elle la trouve belle et douce.  Elle m’a demandé de lui mettre sur les épaules, s’y frottait le nez.  Au bout d’un moment elle m’a demandé si elle allait pouvoir dormir avec ce soir.  Ma réponse positive l’a ravie.  Elle a enchaîné en me demandant de poser sa courtepointe sur son lit, ce que j’ai fait avec plaisir.  C’était très attendrissant de la voir aller se coucher sur sa courtepointe et s’y lover.

Enregistrer Au coucher ce soir, elle s’est assurée d’avoir sa courtepointe dans son lit.

Mamie,
Ca été un plaisir pour moi de travailler avec ces belles flanelles pour toi. J’espère que tu trouveras que la longue attente en aura valu le coup. Le nom de la courtepointe est venu naturellement, et ne pourrait être plus approprié. Qu’en penses-tu?
Bisous xxx

À bientôt!
Marmaille 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Acid trip quilt

C’est exactement la sensation que j’ai quand je termine une courtepointe. L’exaltation, le soulagement, la satisfaction d’être allée jusqu’au bout.  Parce que parfois, faire une courtepointe est un vrai parcours de combattante.  Mais on y revient toujours malgré nous.  C’est une maladie le quilt pox, j’vous dis!

1. Rio par Paintbrush Studio 2. Jungle things par Sue Marsh 3. Geekery par Sur Marsh 4. Daydreams par Stephanie Brandenburg

Dans mon article Quilt pox je vous disais que je voulais que chacun de mes enfants ait sa courtepointe. J’ai fait ma première courtepointe en 2011 alors que j’étais enceinte de 3nager. Ma seconde, en octobre 2015, pour mon petit chat sauvage. Metal Ado n’avait toujours pas la sienne. Je tenais à lui en faire une.
Le temps passait, Noël approchait. Je me suis dit que ça allait être un beau cadeau.  J’avais choisi de travailler avec le patron Fletcher free chevron quilt pattern de Shiny happy world, en grandeur twin size, lit simple. Comme j’aime défier le temps, c’est le 15 décembre je suis allée chez Tonitex sur la rue St-Laurent, alors que je ne disposais que d’une heure pour choisir et faire couper mes tissus.

Malheureusement, malgré toute ma bonne volonté, je n’ai pas eu le temps de terminer la courtepointe à temps pour Noël. J’avais assemblé les pièces du devant. Même chose pour le dos. Il ne me restait qu’à faire le sandwich avec le batting et quilter le tout. Alors j’ai emballé le travail que j’avais complété et je l’ai offert à Metal Ado à Noël pour qu’il voit que le travail était commencé et qu’il sache qu’il l’aurait bientôt. Croyez-moi, il était content de ce qu’il a trouvé dans la boîte.

J’ai décidé de ne pas binder la courtepointe, mais d’y aller avec la méthode pillow case comme expliqué dans le tutoriel de Red Pepper Quilts A quilt without binding (A tutorial).

Sur le devant de la courtepointe on peut voir le motif en chevron vertical. Dans mes courtepointes, je mets toujours deux épaisseurs de batting en coton ou en bambou. Pour la rendre plus chaude.  Aussi par esthétisme; je trouve que quilter deux épaisseurs donne un plus beau rendu qu’une.  Je n’aime pas les battings synthétiques.

C’est alors que se dressait devant moi un obstacle de taille.  Ma vieille machine à coudre n’arrivait pas à bien quilter la courtepointe. Les points étaient irréguliers, peu importe que je baissais la vitesse ou la pression du pied ou la tension du fil.  Pour ajouter de l’huile sur le feu, ma quilter’s compagnion qui aurait été assez forte pour faire le travail a besoin d’un sérieux ajustement.  Je me retrouvais donc dans la mélasse.  Franchement, penser à tout quilter à la main me décourageait. Alors, Mamie est venue à ma rescousse. C’est elle qui a simplement quilté la courtepointe hier. Regardez-moi cette explosion de couleurs sur fond noir!  L’arrière
Le quilt blanc sur le tissu bleu des bords de la courtepointe ajoute un beau contraste. Ouh la! la!  La neige!

Le patron Fletcher est beau.  Par contre, le tutoriel nous laisse parfois dans le vague.  Le tutoriel nous fait assembler nos pièces à 1/8″ (3 mm), malgré qu’on mesure au 1/4″ (6 mm). Pour le reste, quand on assemble les colonnes, on ne sait pas si on doit coudre à 1/8″ (3 mm) ou 1/4″ (6 mm). Alors, j’ai fait mon piecing en mesurant 1/4″ (6 mm) et ai cousu à 1/8″ (3 mm).  Pour le reste j’ai improvisé en cousant à 1/4″ (6 mm). À la fin, mauvaise surprise… Il me manquait quelques pouces à la longueur de mon devant.  Le derrière était plus étroit.  Là encore, j’ai du improvisé une solution. C’est pourquoi j’ai ajouté des bandes bleues sur le haut et le bas du devant de la courtepointe. Pour l’arrière, j’ai ajouté une colonne de carrés pour l’élargir. Alors que la courtepointe twin size devait mesurer 66″ x 83″ (168 x 211 cm), la mienne fait 64″ x 86″ (163 x 218,5 cm) finie.

Pourquoi Acid trip quilt? Metal Ado m’avait demandé une courtepointe dans les tons de gris et noir. Mais au moment où j’ai acheté mes tissus, je n’ai rien trouvé qui me plaisait. Des batiks.  De petites fleurs…  jolies peut-être, mais pas très masculines. Alors, je suis allée dans une direction complètement différente, mais en conservant le noir. Une explosion de couleurs sur fond noir! Metal Ado a été très agréablement surpris par mes choix.  Quand on la regarde de loin, toutes ces couleurs bigarrées font très trip d’acide, alors le nom s’est imposé de lui-même.

Je suis contente de la courtepointe.  Elle est belle, vivante, vibrante.  Très colorée.  Mon rêve de maman s’est réalisé.  Pas sans difficultés, mais j’ai mené mon projet à bien.  Je suis fière du travail que j’ai accompli.  Merci à mamie pour son coup de main, parce que sans elle, j’aurais du tout quilter à la main.

Bon, qu’est-ce que je pourrais coudre maintenant?

À bientôt!

Marmaille 😉

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Toutes douillettes les aiguilles à tricoter


Dans Tricot sur le go! publié hier, je vous avais écrit que j’allais vous écrire un couturiel pour faire un joli étui pour ranger les aiguilles à tricoter circulaires. Celui que vous voyez sur la photo a été donné en cadeau à mamie avec son sac Tricot Voyageur.
Je trouvais que c’était le complément idéal. Ça non plus, mamie n’en avait pas!

Le modèle que j’ai créé est une pochette accordéon à six compartiments qui font 3″ x 7″ (7,5 x 18 cm). L’intérieur est en coton et pour l’extérieur j’ai recyclé la jambe d’une paire de jeans. J’ai mis deux boutons pressions à hauteurs différentes pour une fermeture ajustable. L’étui fermé mesure d’après mon souvenir 7,5″ ou 8″ de long par environ 3,5″ de large (19 – 20 cm x 9 cm).

Mais avant d’arriver à ce résultat, j’ai galéré. Beaucoup galéré! Je pensais faire une bonne chose en travaillant avec ce tutoriel. Mais ça ne donnait pas du tout ce que je voulais. J’avais beau couper plus grand, je n’arrivais à rien, sauf gaspiller du tissu.
Puis, en jasant avec Metal Ado il me dit simplement: -« Ben commence par le côté court à la place. » Mouais… J’me suis dit que pour faire exprès mon brain de fils devait avoir raison.
Il avait totalement raison!

Cet étui vous intéresse? Je vous explique tout de suite comment le réaliser. Il y a beaucoup d’étapes, mais c’est facile.

Taillez un grand rectangle de tissu de 22″ x 30″ (56 x 76,5 cm). Toutes les coutures sont au 1/4″ (6mm).
Endroit contre endroit, cousez les deux côtés de 22″ (56 cm) ensemble. Puis, placer la couture au milieu, bien centrée, et pressez-la, ouverte, au fer.Enregistrer Faites une couture à une extrémité pour fermer l’ouverture. Fermez l’autre extrémité que partiellement. Vous aurez besoin d’une ouverture pour retourner votre rectangle sur l’endroit. Pressez vos deux dernières coutures.

Enregistrer Pliez votre rectangle en deux, couture contre couture, puis cousez. Vous aurez un rectangle d’environ 10,5″ x 29,5″ (16,5 x 35 cm).
Divisez l’espace de la pliure à la couture en trois sections égales. Faites une couture sur chaque ligne tracée de façon à obtenir trois canaux comme ceci: Placez les coutures et la pliure une sur l’autre, au milieu, de façon à former un accordéon Faites une piqure à 1/8″ (3 mm) de chaque côtés des trois sections Vous obtiendrez ce petit accordéon Mettez votre accordéon de côté. Nous allons maintenant nous attaquer à la partie extérieure de la pochette.

Dans le tissu de votre choix, taillez deux rectangles de 4″ x 19″ (10 x 48 cm) et un petit rectangle d’1″ x 2″ (2,5 x 5 cm). Sur l’endroit, marquez l’emplacement des boutons pressions femelles, à l’une des extrémités du rectangle.J’ai posé mes deux boutons pressions femelles vers l’extérieur à 1 1/4″ et 2 1/2″ (3 et 6 cm)

EnregP      PPPPPPPPrenez votre autre pièce de tissu.  Placez votre accordéon dessus, sur l’endroit du tissu.  La couture de l’accordéon doit être dessous.  Elle sera complètement cachée.  Positionnez l’accordéon à 1/2 ou 3/4″ (1,2 ou 2 cm) du bord.  Puis cousez-le à la pièce en jeans en passant dans la ligne de surpiqure, un stitch in the ditch.  (Dans la dernière section.) Parfait!

Posez votre autre pièce de jeans par dessus, endroit contre endroit.  Mais faites attention à l’emplacement de vos boutons pressions.  Épinglez, puis cousez.  Laissez une ouverture au bout. Si vous avez arrondi la partie du rabat, faites des crans.Cela vous semblera difficile, voir impossible, mais retournez votre ouvrage sur l’endroit.Faites une piqure sur le contour.Pliez les bords vifs de l’ouverture d’ 1/2″ (13 mm).  Pressez au fer.  Refermez l’extrémité avec une petite couture à la main.Au point invisible, cousez les deux pans de la pochette accordéon au tissu extérieur de la pochette.Joignez les extrémités du compartiment du dessus en faisant quelques points à la main.Vos six compartiments en accordéon sont créés.Posez le bouton pression côté mâle à l’intérieur de l’étui, à 1″ (2,5 cm).

Pliez en deux et fermez le rabat.  Votre étui est terminé. Un ensemble cadeau parfait pour la tricoteuse!

J’aime cette façon simple de faire des compartiments accordéon.  Encore faut-il avoir la bonne marche à suivre.  C’est grâce à Metal Ado si mon projet a pu aboutir.

Je suis très contente du résultat, c’est un bel étui.

Pour terminer, j’espère que mon couturiel est compréhensible et mes explications claires.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas, je me ferai un plaisir de vous aider.

À la prochaine!

Marmaille 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Pyjamas party!

Dans ce récent billet je vous racontais que j’avais fait une série de pyjamas pour mon petit chat sauvage à partir du patron de legging publié par Scattered thoughts of a crafty mom. J’ai l’esprit en paix sachant qu’elle dort bien au chaud quand elle enfile en plus une dormeuse tout aussi chaude et douce sur son pyjama. Nous ne craignons plus les froides nuits d’hiver qui approchent à grands pas.

Ne pouvant m’arrêter là, je suis retournée acheter du polar. Cette fois-ci, je voulais faire des pyjamas pour 3nager.  En même temps, je voulais rentabiliser le patron Kwik Sew 3714 Si vous ne le saviez pas, je disais dans ce billet que les patrons acheté en ligne par l’intermédiaire (obligatoire) de PrintSew ne peuvent être imprimés que trois fois. Tout passe par leur logiciel Locklizard.  Le procédé me semble malhonnête d’autant plus que je ne l’ai appris qu’après l’achat.  Malgré que je désapprouve les méthodes de PrintSew j’ai payé…  aussi bien l’utiliser.

Mais revenons à nos pyjamas. Ce modèle représentait quelques défis pour moi. J’ai décidé de tailler en taille moyenne parce que 3nager arrivait à la limite de la taille petite. Après avoir compris l’étape de la couture de la fourche sur le devant j’ai fini par comprendre comment faire le rabat sur un panneau pour fermer le pyjama. Au final, ça lui fait des pyjamas qu’il pourra sûrement porter deux hivers, tellement ils sont grands. Je dois rouler les manches et lui rappeler de remonter les jambes pour ne pas marcher dessus.

Je vous montre le premier que j’ai fait. Il est le préféré de 3nager.
Kwik Sew 3714 T. M (7 ans) Le polar Star Wars acheté chez CM Textiles a été un coup de foudre autant pour moi que pour 3nager.
Ce modèle comporte une taille élastiquée, sans faire un tour complet. Une vue de dos pour que vous compreniez ce que je veux dire.Dos, Kiwk Sew 3714 T. M

Le polar camo, acheté chez Goodman, est un motif incontournable pour tout petit garçon.  J’ai utilisé le reste pour faire un pantalon de pyjama pour Metal Ado.Kwik Sew 3417, T. M

Mon préféré avec son look bûcheron bien masculin.Kwik Sew 3714, T. M

Après avoir démystifié toutes les étapes de la confection du pyjama j’ai décidé de ressortir mon vieux patron Kwik Sew 3922 Perfect Pajamas! Je l’avais déjà utilisé, mais j’avais connu beaucoup de difficultés parce que je ne cousais pas depuis longtemps. Le 3922 est le petit frère du 3714.  Je demeurais donc en terrain connu.
Pour mon petit chat sauvage, j’ai fait un pyjama en taille trois ans.Kwik Sew 3922, T. 3 ans J’avais acheté ce joli polar bleu à motifs de fraises et de fleurs chez CM Textiles.
Le produit fini est un peu grand, même si j’ai suivi leur charte de grandeur. Mais un peu grand ne veut pas dire qu’elle s’y perd! Je dirais plutôt que j’ai la certitude qu’elle pourra le porter jusqu’au printemps.

Je n’ai pas mis de pieds à mes pyjamas pour deux raisons.  Ça ne fait pas dans les pantoufles.  Tout colle sur le polar, inévitablement la poussière, les poils de chiens, se retrouveraient dans les lits des enfants.  Non merci.

J’aime bien les patrons Kwik Sew.  Malheureusement, les copies papier sont difficiles à trouver à Montréal.  Il reste donc deux options; commander en ligne ou acheter des versions à imprimer chez soi malgré le procédé malhonnête de PrintSew.  La compagnie Simplicity a fait l’acquisition de Kwik Sew en 2011, je crois.  Depuis, les patrons KS ne sont plus imprimés sur du vrai papier comme c’était le cas.  À présent ils sont imprimés sur du papier de soie blanc.  Je déteste ce papier!  Autre mauvaise nouvelle, lors de ma dernière visite chez CM Textiles il m’a été impossible de m’acheter un patron  de la grande maison Simplicity.  Ils ne sont désormais plus vendus au Canada.  Moi qui voulais un patron New Look, j’ai été bien déçue.  Cela veut donc dire qu’il faut aussi faire nos adieux aux patrons Kwik Sew vendus de ce côté-ci de la frontière.

La meilleure alternative est de se tourner vers les designers indépendants.  Y a beaucoup de belles découvertes à  y faire.

En fin, j’ai fait de beaux pyjamas pour ma marmaille.  J’ai mis environ quatre heures pour chacun d’eux.  Du temps bien investi c’est sûr!

À bientôt!

Marmaille 😉

 

Des bonbons ou la vie!

Joyeux Halloween!

Joyeux Halloween!

3nager avait hâte à l’Halloween.  Il devenait de plus en plus excité au fur et à mesure que les dodos se rapprochaient de la soirée fatidique.  Franchement, je n’ai rien fait pour calmer son impatience.  J’aime cette fête autant que les enfants.   Décorer une citrouille, faire des costumes, me déguiser et faire la cueillette des bonbons m’amuse beaucoup.

Chaque année, je passe beaucoup de temps à chercher des idées de costumes.  Puis, je fais le tour des DIY, tutoriels et patrons.  Au besoin, j’achète du tissu et les autres fournitures, pour enfin commencer à faire les costumes que mes enfants porteront. Des fois, je m’en fais aussi un.  Mais cette année, j’ai reporté mon costume de religieuse.  Si j’avais la chance de tomber sur un patron d’habit original porté par les sœurs je n’hésiterais pas une seconde à m’en coudre un. Mais c’est impossible à trouver.  Malheureusement…

Cette année, je n’ai pas eu à chercher mon inspiration très loin pour costumer ma marmaille.  3nager est un fan fini de Star Wars.  Sur le coup, il m’avait dit qu’il voulait se déguiser en Darth Vader.  J’étais un peu déçue…  Il a déjà tout pour le personnifier.  Mais j’ai eu une idée qui l’a tout de suite convaincu.  Mais je vous réserve la surprise pour un peu plus tard.

Mon petit chat sauvage qui n’a que deux ans et demi n’avait aucune idée de ce qu’était l’Halloween.  J’avais donc le champ complètement libre.  Franchement je n’ai pas chercher longtemps.  Elle a d’ailleurs eu beaucoup de succès hier, autant pendant la petite fête à la MDP qu’à la cueillette.

Ma marmailleimag1280Un Ewok et une vache!

Voyons un vrai Ewok.

Ewok Couturiel:

Pour faire le déguisement de 3nager, je ne me suis pas cassé la tête.  Ça aurait été encore plus simple si j’avais pu trouver un costume d’ourson…  Une suggestion comme ça en passant.  Comme j’avais déjà tous les tissus aussi bien m’en servir.  Je lui ai fait un ensemble en polar camouflage, en grandeur 6x, pour être certaine qu’il puisse le porter par-dessus son manteau d’hiver.  Parce que mine de rien, hier soir on avait 0 °C avec un ressenti de -2 °C.

Quand j’ai fait l’ensemble, j’ai pris de la peluche pour faire le devant du chandail, que j’ai rallongé et arrondi pour imiter une forme de bedon d’ours.

Pour le foulard, j’ai fouillé dans une pile de vieux t-shirt de Metal Ado.  J’ai choisi de massacrer un t-shirt du Canadien.  Je l’ai tourné à l’envers, j’ai coupé le bord côtelé au cou.  J’ai fait deux oreilles en peluche, que j’ai cousu à la main en les tenant bien droites sur le dessus du foulard.  Chez Kava, sur la rue St-Hubert, j’ai acheté du lacet imitation suède, que j’ai cousu à l’aide d’une aiguille à laine.imag1287imag1288Aux yeux de 3nager, Metal Ado et tous les autres fans de Star Wars que nous avons croisé, le déguisement était réussi.  De se faire reconnaître comme un Ewok a rendu mon petit bonhomme très heureux!

Couturiel de la vache

Là encore je n’ai pas eu à acheter de tissus.  J’ai dépensé environ cinq dollars pour acheter des tétines et c’est tout.  J’avais déjà tout le reste depuis belle lurette.

J’avais ce coton ouaté imprimé vache depuis un bon deux ans.  Je ne l’utilisais pas.  Mon petit chat sauvage adore ce ruminant.  Comme pour le Ewok, je voulais quelque chose qui serait facilement identifiable et drôle.  Je n’ai pas manqué mon coup.

Avec un patron à costume d’Halloween, j’ai fait la combinaison  et le chapeau en grandeur trois ans.

imag1290Pour faire la queue, je me suis inspiré de ce tutoriel en anglais. Pour commencer, la mienne est plus courte. Ensuite, pour le tissu vache, j’ai cousu un tube sur l’envers que j’ai retourné sur l’endroit. Ça fait une plus belle finition. J’ai roulé le tissu du centre comme un cigare, j’ai passé une aiguille à couche dedans, puis j’ai faufilé dans le tube en tissu de vache. J’ai cousu la queue à la combinaison.

Pour le pis, j’ai taillé un ovale.  Je l’ai posé à 3 po (7, 5 cm) de la fourche, bien centré sur le devant.  J’ai placé les quatre tétines dessus pour décider de leur emplacement.  Je les ai épinglé.  Je les ai cousu à la main.imag1289Ma fille aimait pincer les tétines pour voir si du lait allait en sortir.

Pour la capuche, je me suis dessiné un gabarit d’oreilles.  Puis, j’ai cousu les oreilles dans les coutures latérales.  Quant aux cornes, j’ai improvisé un gabarit.  Après les avoir cousues, je les ai bourrées, puis fermées.  J’ai marqué leur emplacement sur la capuche, puis je les ai tenues droites pour les coudre à la main.  Je voulais qu’elles tiennent droites sur la tête.  À la toute fin, j’ai posé des boutons pression sur le devant.imag1291

J’aurais pu faire un ensemble de jogging à la place, le résultat aurait été aussi bon.

Si vous ne trouvez pas de tissu vache, achetez du blanc et de la peinture à tissu noire.  Peignez des taches dessus.  Ou trouvez un ensemble de jogging blanc et une tuque sur lesquels vous peindrez les taches.  Faites des oreilles, et cousez-les à la main.  Ensuite, vous y aller avec le pis, cousu sur le chandail et la queue.  Simple, simple, simple!

À la fin de la cueillette de bonbons ma marmaille était crevée.  Ils ont eu du plaisir et nous avons passé une belle soirée.

J’espère que mes couturiels vous inspireront pour l’an prochain.  Si vous avez des questions, n’hésitez pas, il me fera plaisir de vous répondre.

Petits sacs à dos pour ma marmaille

2016-03-7--21-33-06

L’été, les vacances sont enfin arrivés.  Pour occuper ma marmaille durant une partie de la saison estivale, nous nous sommes inscrits à un camp de jour Parents-Enfants.  La programmation est adaptée aux enfants de zéro à cinq ans.  Du jardinage, de la cuisine, des piques-niques, des sorties autant en ville qu’à l’extérieur.  Threenager adore l’expérience.  Mon petit chat sauvage s’amuse également beaucoup.

Partir une journée avec des vêtements de rechange, les maillots, serviettes, couches, une couverture pour pique-niquer et les lunch, ça fait beaucoup.  J’ai décidé qu’il était temps que je responsabilise un peu 3nager.  Il est tout à fait capable d’amener son lunch ou sa serviette avec son maillot.  Il ne lui manquait qu’un sac à dos.  C’est tant mieux parce que j’ai encore plein de ces beaux cotons que madame C. m’a donné.

Aujourd’hui, j’ai fait deux sacs à dos réversibles.  Pas de boutons, ni de fermeture éclaire.  Une fermeture à coulisse.  2016-03-7--19-58-36Threenager était très enthousiaste quand il a choisi les tissus de son sac.  De beaux cotons à thème nautique.  Pour mon petit chat sauvage, j’ai choisi un tissu lilas à pois blancs et la fée Clochette.  Metal Ado est venu à mon secours en allant me procurer de la para-corde au magasin de surplus d’armée.

Êtes-vous prêts?  On commence!2016-03-7--20-00-43J’ai taillé mes pièces.  Le plus grand: 4 rectangles de 12″ x 15″ (30 x 38 cm), les 2 coulisses font 2″ x 13″ (4, 5 x 33 cm).  Les rectangles des 4 loupes font 2 3/4″ x 3 3/4″ (7 x 9, 5 cm).   J’ai coupé deux bouts de corde de 58″ (147 cm) chacun.  Pour le petit sac j’ai découpé 4 rectangles de 11″ x 14″ (28 x 36 cm).  J’ai coupé les coulisses en 2 rectangles de 2″ x 11″ (4, 5 x 28 cm).  Puis j’ai découpé 4 rectangles de 2 3/4  » x 3 3/4″ (7 x 9, 5 cm) pour les loupes.  J’ai utilisé deux bouts de corde de 52″ (132 cm) chacun.  Pour rendre mes tissus plus opaques et plus résistants je leur ai tous mis de l’entoilage thermocollant sur l’envers.2016-03-7--20-08-46

 J’ai pris les quatre rectangles de 2 3/4″ x 3 3/4″ (7 x 9, 5 cm) qui serviront à faire les loupes pour attacher ma corde au sac.  Je les ai plié en deux sur la longueur, puis, j’ai cousu au 1/4″ (6 mm).  Je les ai retourné, puis je les ai pressé au fer.2016-03-7--20-11-37J’ai pris le tissu qui sera l’extérieur de mon sac.  Après avoir déterminé le haut et le bas des rectangles qui sont le corps du sac, j’ai plié le tube en deux, je l’ai aligné avec le bord vif, endroit contre endroit, en prenant soin de le mettre à 3/4″ (1, 9 cm) de la base du sac, puis j’ai cousu au 1/4″ (6 mm).  J’ai fait la même chose de l’autre côté.2016-03-7--20-15-41J’ai posé mes deux rectangles endroit contre endroit, puis je les ai assemblé.  J’ai cousu sur trois côtés à 3/8″ (10 mm), en laissant le haut ouvert.  J’ai retourné mon ouvrage sur l’endroit.  Je l’ai mis de côté.2016-03-7--20-21-40Pour faire les coulisses, j’ai pris mes rectangles qui font 2″ x 13″ (4, 5 x 33 cm).  J’ai plié une première fois chaque bout de 1/2″ (12 mm), puis une deuxième fois encore à 1/2″ (12 mm), puis j’ai cousu.2016-03-7--20-34-37Pour poser ma coulisse bien centrée, j’ai plié mon rectangle du tissu qui sera l’intérieur de mon sac en deux.  J’ai plié mon rectangle en deux et j’ai aligné les plis ensemble.  On peut mettre une épingle pour marquer l’endroit.  Ensuite, j’ai déplié, puis posé mes tissus endroit contre endroit, sur le bord.  J’ai plié le rectangle de la coulisse en deux sur toute sa longueur, puis j’ai épinglé.  J’ai cousu au 1/4″ (6mm).  J’ai répété les mêmes étapes pour l’autre coulisse sur l’autre morceau de tissu intérieur.  J’ai également posé les deux dernières loupes, comme je l’ai expliqué précédemment.2016-03-7--20-43-50J’ai assemblé le sac intérieur en posant mes pièces endroit contre endroit, puis j’ai cousu sur trois côtés, à 3/8″ (10 mm).  J’ai retourné mon ouvrage sur l’endroit.2016-03-7--20-50-44

À présent, j’ai pris le sac qui sera l’extérieur et je l’ai tourné à l’envers.  J’ai pris le sac intérieur et je l’ai mis dedans.  Ils doivent être endroits contre endroits.  J’ai aligné le bord vif avec la couture de la coulisse, j’ai épinglé tout le tour, puis j’ai cousu.  J’ai pris soin de laisser une ouverture d’environ 3″ (8 cm).2016-03-7--20-53-46En passant ma main par l’ouverture, j’ai fait sortir la doublure, puis retourné le tissus extérieur sur l’endroit.  J’ai placé mes épaisseurs de tissus une dans l’autre comme elles doivent aller.  Puis, j’ai refermé l’ouverture en faisant une surpiqure tout le tour.2016-03-7--20-57-54Dernière étape, passer la corde.  On passe la première corde dans les 2 coulisses.  On passe la deuxième corde dans les deux coulisses, mais dans le sens inverse.  On passe un bout dans la loupe, on noue.  Puis l’autre loupe.  Pour fermer le sac y a qu’à tirer sur le cordes.2016-03-7--21-08-15Voilà!  Un beau sac à dos réversible pour 3nager!  Il était super content quand je lui ai donné.2016-03-7--21-26-33Tout de suite après, j’en ai fait un pour mon petit chat sauvage qui était plus « grumpy cat« …

Pour rendre le sac réversible, on a qu’à détacher les cordes des loupes.  Retourner le sac, puis attacher les cordes aux loupes.

2016-03-7--21-28-57J’espère que mes explications sont claires.  Je sais que mon billet est long, mais je voulais détailler et imager le plus possible.  Si vous le faites, vous verrez ce n’est ni long, ni difficile à faire.  De plus, vous pouvez l’agrandir ou le rapetisser selon vos besoins.  Vous pouvez le faire en recyclant un devant de salopette, une chemise, des jeans.  Ou payez vous la traite et achetez vous de beaux tissus.

Si vous avez des questions ou des commentaires, n’hésitez pas à m’écrire.  J’aimerais aussi voir vos créations!

À bientôt!

Marmaille 😉